Le monde des pros du spectacle - luttes et actions

Articles : CGT-spectacle, Syndeac, sur twitter

Les bureaux du Syndeac sont fermés mais vous pouvez retrouver sur le site des infos utiles : √ Les... (mer., 07 août 2019)
Les bureaux du Syndeac sont fermés mais vous pouvez retrouver sur le site des infos utiles : √ Les grilles des salaires √ La convention collective des entreprises artistiques et culturelles √ Les accords en vigueur... ☀️ Ils se trouvent dans la rubrique RESSOURCES : http://bit.ly/2Yemxvj 67257742_1225963220897939_38205956743495
>> Lire la suite

☀️ Les bureaux du Syndeac sont fermés du 5 au 16 août. Toute l'équipe vous souhaite un bel été ! ... (Fri, 02 Aug 2019)
☀️ Les bureaux du Syndeac sont fermés du 5 au 16 août. Toute l'équipe vous souhaite un bel été ! En attendant vous pouvez lire ou relire les textes de nos adhérents qui sont à disposition dans la rubrique #DesMotsEtDébats : http://bit.ly/2xAVv67 📷 Dakota Roos 67065715_1225976334229961_59251207588072
>> Lire la suite

[Des mots et débats] ☀️ Avez vous lu le texte de Marie-José Malis, présidente du Syndeac ? Il s'intitule... (Fri, 02 Aug 2019)
[Des mots et débats] ☀️ Avez vous lu le texte de Marie-José Malis, présidente du Syndeac ? Il s'intitule "Entre conservatisme remusclé et modernisation soutenue" ? ➡️à lire ici : http://bit.ly/2LLkFrh #VendrediLecture #DesMotsEtDébats 67814510_1230313407129587_63390803583146
>> Lire la suite

Décès de Jacques Nichet (Thu, 01 Aug 2019)
Le Syndeac tient à rendre hommage à Jacques Nichet, disparu lundi 29 juillet 2019, à l’âge de 77 ans. Cet article Décès de Jacques Nichet est apparu en premier sur SYNDEAC.
>> Lire la suite

Halte aux menaces pour la diversité du cinéma ! (Sun, 28 Jul 2019)
Communiqué de la CGT Spectacle C’est avec consternation que la Fédération du spectacle CGT et ses syndicats apprennent la nomination, malgré l’opposition d’une grande partie des professionnel.le.s du cinéma, de Monsieur Dominique Boutonnat pour présider le Centre national de la cinématographie et de l’image animée. Ce producteur, gestionnaire de fonds d’investissement et soutien financier de la campagne d’Emmanuel Macron est l’auteur d’un rapport rendu public en mai sur le financement privé du cinéma et de l’audiovisuel qui applaudit le cinéma français pour sa qualité, et en même temps le critique pour sa rentabilité insuffisante. Il dénonce un système « nataliste » qui encouragerait la production de trop de films avec un taux de réussite en termes d’entrées ou en termes de profitabilité trop faible. Boutonnat préconise d’accélérer la concentration de la filière, en encourageant la création de grands groupes opérant sur tous les échelons de la production, distribution, voire exploitation, en partant d’un meilleur financement privé des sociétés de production, possible par une meilleure opportunité de générer des dividendes pour les actionnaires. Ceci serait rendu possible par une maîtrise des coûts, bien sûr, mais aussi par la constitution de catalogues (« line-ups » dans le vocabulaire anglicisant et financier favorisé constamment par l’auteur) gérés par le producteur comme il l’entend, avec une chronologie d’exploitation à peine régulée, et où la sortie en salle pourrait être éliminée. Le modèle qui a réussi à faire du cinéma français le premier en Europe, basé sur la valorisation de l’œuvre, est considéré comme dépassé, devant être remplacé par un soutien à un producteur de catalogue, censé être plus attractif aux investisseurs car moins risqué. Les préconisations du rapport Boutonnat cherchent à exploser le fonctionnement actuel des aides automatiques et des aides sélectives, pour favoriser le retour sur investissement rapide des financeurs privés et en même temps effacer la distinction entre la production « artisanale » d’un film de cinéma et la production « industrielle » de programmes de télévision. Malgré quelques courtes phrases révérencieuses envers la diversité culturelle, les préconisations du rapport Boutonnat cherchent à exploser le fonctionnement actuel des aides automatiques et des aides sélectives, pour favoriser le retour sur investissement rapide des financeurs privés et en même temps effacer la distinction entre la production « artisanale » d’un film de cinéma et la production « industrielle » de programmes de télévision. Le CNC est donc appelé à évoluer dans ce sens. Ce n’est donc pas une coïncidence que cet été dans le cadre du « festival » Printemps de l’Evaluation à l’Assemblée nationale, la députée LREM Marie-Ange Magne ait communiqué un rapport axé notamment sur une réforme souhaitée du CNC. Mesdames Magne (rapporteure, Commission des finances) et Céline Calvez (rapporteure pour avis, Commission des affaires culturelles), après avoir constaté la gestion rigoureuse et efficace du CNC, proposent d’aider moins de films, car trop ne rencontrent pas un succès public suffisant, et de concentrer les aides sur des films « mieux vus et mieux vendus à l’international pour consolider notre soft power ». Ceci permettrait aussi de plafonner les ressources du CNC issues des taxes affectées sur la billetterie en salles, et l’exploitation à la télévision et sur Internet. Les sommes dépassants ce seuil seraient versées au budget général de l’État. Comme Boutonnat, les parlementaires aussi souhaitent « rééquilibrer » les soutiens accordés à la faveur de la production audiovisuelle. On voit bien l’accentuation de la dérive de ces dernières années dans le discours du pouvoir politique, pour favoriser la création de « pôles d’excellence », l’excellence étant définie comme ce qui rapporte de l’argent, notamment quand cet argent est ramené de l’étranger. Dans les deux textes, on voit bien l’accentuation de la dérive de ces dernières années dans le discours du pouvoir politique, pour favoriser la création de « pôles d’excellence », l’excellence étant définie comme ce qui rapporte de l’argent, notamment quand cet argent est ramené de l’étranger. Le cinéma français, art majeur basé sur une production régulière de prototypes, a une singularité reconnue, y compris à l’étranger : il est divers, capable du plus populaire et accessible et aussi du plus exigeant, stimulant ou risqué ; cette richesse permet de mutualiser, non pas au sein d’une seule structure capitaliste, les revenus issus de l’exploitation des films, mais au sein d’un écosystème large. C’est cet écosystème que la Macronie voudrait apparemment sacrifier sur l’autel du profit et de la privatisation, comme dans tant d’autres domaines. Non seulement ces pistes sont dangereuses, mais elles n’apportent aucune solution au problème majeur que rencontre le cinéma et l’audiovisuel, et au-delà tous les secteurs culturels : la nécessaire participation des GAFA aux politiques de soutien. Non seulement ces pistes sont dangereuses, mais elles n’apportent aucune solution au problème majeur que rencontre le cinéma et l’audiovisuel, et au-delà tous les secteurs culturels : la nécessaire participation des GAFA aux politiques de soutien. La Fédération du Spectacle et ses syndicats investis dans la production (et l’exploitation) cinématographique (SFA, SPIAC, SNAC, SFR, SNEC), représentant des milliers de créateurs, techniciens, interprètes et autres travailleurs du secteur, tirent la sonnette d’alarme : le CNC est menacé et le cinéma français aussi. Dans une période compliquée pour la production et la diffusion d’œuvres culturelles, reconnue par les rapports précités eux-mêmes, le choix de la personne qui présidera le Centre montre l’orientation du gouvernement pour l’avenir de ce grand art. Le clientélisme du pouvoir en place ne surprend plus, son idéologie farouchement libérale non plus. Nous appelons les professionnel.le.s à rester vigilant.e.s pour empêcher le casse d’un système qui fonctionne, qui fournit du travail à des dizaines de milliers de femmes et d’hommes de talent et de dévouement et qui fait rayonner le meilleur de la France à travers le monde. Paris, le 25 juillet 2019. Télécharger le communiqué en PDF.
>> Lire la suite

http://www.fnsac-cgt.com/article.php?IDart=1284&IDssrub=229 PERMANENCE SOCIALE FÉDÉRALE. PROCHAIN... (Fri, 26 Jul 2019)
http://www.fnsac-cgt.com/article.php?IDart=1284&IDssrub=229 PERMANENCE SOCIALE FÉDÉRALE. PROCHAIN RDV VENDREDI 6 SEPTEMBRE ... Plusieurs syndicats de la fédération nationale des syndicats du spectacle, du cinéma, de l’audiovisuel et de l’action culturelle Cgt ont mis en place une permanence sociale pour répondre à toutes les questions des salariés, notamment les intermittents du spectacle, sur l’assurance chômage, la sécurité sociale... Elle a lieu tous les 1ers et 3ème vendredis de chaque mois, le matin de 9h30 à 12H30 au siège de la Fédération CGT Spectacle 14/16 rue des Lilas, 75019 Paris, M° Place des Fêtes. Vous pouvez aussi nous joindre par téléphone au : 01 48 03 87 60, demandez la permanence. Par mail : permanencesociale@fnsac-cgt.com safe_image.php?w=130&h=130&url=http%3A%2 PERMANENCE SOCIALE FEDERALE www.fnsac-cgt.com
>> Lire la suite

PERMANENCE SOCIALE FÉDÉRALE. PROCHAIN RDV VENDREDI 6 SEPTEMBRE fnsac-cgt.com/article.php?ID… (Fri, 26 Jul 2019)
site_normal.jpg CGT SPECTACLE @cgt_spectacle PERMANENCE SOCIALE FÉDÉRALE. PROCHAIN RDV VENDREDI 6 SEPTEMBRE fnsac-cgt.com/article.php?ID… EAZ9nftW4AE1qww.jpg:large
>> Lire la suite

CNC NOMINATION D. BOUTONNAT - HALTE AUX MENACES POUR LA DIVERSITÉ DU CINÉMA ! fnsac-cgt.com/article.php?ID… (Thu, 25 Jul 2019)
site_normal.jpg CGT SPECTACLE @cgt_spectacle CNC NOMINATION D. BOUTONNAT - HALTE AUX MENACES POUR LA DIVERSITÉ DU CINÉMA ! fnsac-cgt.com/article.php?ID… EATl15aWwAI5i8-.jpg:large
>> Lire la suite

🔴 Pour le soixantième #anniversaire du Ministère de la Culture, un ensemble de syndicats du monde de... (Wed, 24 Jul 2019)
🔴 Pour le soixantième #anniversaire du Ministère de la Culture, un ensemble de syndicats du monde de la culture et du spectacle rappelle le « besoin d’un ministère fort et engagé dans des missions ambitieuses ». Affaibli, en perte d’influence face aux régions, l’actuel ministère de Franck Riester choisit de libéraliser plutôt que de « porter haut et fort la nécessité d’une hausse des moyens ». ➡️ Signataires : - La Fédération CGT spectacle (FNSAC-CGT et ses syndicats du spectacle vivant : SFA, SNAM, SYNPTAC) ; - FASAP-FO ; - FCCS-CGC ; - L’Usep-SV (Syndeac, SNSP, Forces Musicales, PROFEDIM) safe_image.php?d=AQAVK8YrXW6d9vtR&w=130& Monsieur le Ministre, 60 ans, est-ce l'âge de mourir ? | SYNDEAC bit.ly
>> Lire la suite

Monsieur le ministre, 60 ans, est-ce l'âge de mourir ? (Tue, 23 Jul 2019)
Monsieur le Ministre, Le ministère de la Culture fête ses 60 ans cet été. Nous aimerions tant nous en réjouir. Malheureusement l'inquiétude est telle que nous ne parvenons pas à envisager sereinement son 61e anniversaire. Dans le contexte social et sociétal qui est le nôtre, face aux besoins d'égalité, de protection sociale, de partages, énoncés par les multiples mouvements sociaux persistants, nous aurions besoin d'un ministère fort et engagé dans des missions ambitieuses, au service des publics, de l'égalité d'accès à la richesse et la diversité des créations sur l'ensemble du territoire. Au lieu de cela nous assistons à son renoncement progressif. Par vos propos tenus lors du CNPS plénier en juin dernier, vous avez, Monsieur le Ministre, fait naître des doutes quant à votre attachement aux labels. Ils sont la structure même de vos missions, de vos engagements sur les territoires. Ils sont les fondations de notre politique, Centres Dramatiques Nationaux, Centres Chorégraphiques Nationaux, Scènes Nationales, Opéras, SMAC, Cirques, Scènes Conventionnées, Théâtres de ville, Orchestres qui assurent la diversité des créations et l'accès à tous dans le spectacle vivant. Vous avez affirmé votre détermination à accomplir la feuille de route gouvernementale et à accroître la déconcentration des procédures en matière de politique culturelle. Pour un ministère déjà déconcentré à 80%, cela nous paraît peu logique et dangereux. Donner aux préfets le pouvoir d'agréer toutes les directions des entreprises labellisées, locales sur les territoires. Seule la signature du Ministre peut être gage de la liberté qu'a toujours garantie l'État. Ici, le ministère ne sera donc plus le garant d'une équité territoriale des citoyennes et citoyens en matière d'égalité d'accès et de liberté de création, mais, pire, il n'en sera plus le prescripteur, le constructeur. Il risquerait de n'être qu'une plate-forme informative et distributive d'aides et serait alors totalement vidé de son sens, de son essence même. Nous refusons toute approche malthusienne. Les équipes artistiques indépendantes ont besoin d'être mieux soutenues, tout simplement parce qu'elles sont le cœur d'une politique publique, elles doivent être considérées comme les acteurs premiers de cette politique, elles doivent être de nouveau installées dans les territoires, au plus près des habitants. Or, vous faites le choix de réformer et de libéraliser à budget constant, plutôt que de porter haut et fort la nécessité d'une hausse des moyens alloués à votre ministère. C'est cette hausse qui par une nouvelle politique en faveur des artistes permettrait de répondre aux besoins de la population, et de conjurer son anxiété devant le déclassement et la perte des outils de l'émancipation. Depuis son élection, le Président de la République n'a pas encore exprimé de vision d'une politique culturelle ambitieuse. Il ne dialogue pas avec notre secteur et ses représentants et ne porte qu'une politique d'outils qui affaiblit encore votre ministère : Pass culture, microfolies… et pendant ce temps, le ministère perd en influence et s'affaiblit face à des régions devenues surpuissantes après la loi NOTRe. Nous, artistes-interprètes du théâtre, de la musique, de la danse, du cirque, de la marionnette, metteurs et metteuses en scène, chorégraphes, directeurs et directrices, techniciens et techniciennes, équipes administratives, auteurs et autrices, nous avons été les initiateurs de la décentralisation, nous en sommes toujours les acteurs. Nous débattons, inventons, cet outil chaque jour. Nous en sommes à l'origine, et nous en serons le futur. Car, s'il nous arrive parfois de nous empoigner, de nous contester, de nous interroger, c'est toujours parce que nous savons l'importance des outils que nous avons aujourd'hui entre les mains. Nous sommes conscients de l'enjeu de notre mission, pour une société de l'échange, de l'humain, du vivant, de la création. Ici nous sommes unis. Nous sommes totalement opposés à la direction que vous donnez à votre politique si elle est celle de l'affaiblissement de votre ministère, de la stagnation de ses moyens et de l'absence d'ambition politique clairement affirmée. Monsieur le Ministre, prenez en compte l'importance du travail formidable des équipes dans les lieux labellisés, conventionnés, les festivals et sur l'ensemble des territoires. Ne videz pas le ministère de ses prérogatives. Au contraire, donnez-nous du souffle, de la pensée, des moyens d'agir. Alors, Monsieur le Ministre, nous vous souhaitons un bon 60e anniversaire. Nous serons là. Et un peu en avance, à tout le ministère, aux agents, et à tous ceux qui construisent avec nous le service public du spectacle, un très joyeux 61e anniversaire à venir. Nous serons là. Signataires : La Fédération CGT spectacle (FNSAC-CGT et ses syndicats du spectacle vivant : SFA, SNAM, SYNPTAC) ; FASAP-FO (SNLA-FO, SNM-FO, SNSV-FO) ; FCCS-CGC ; SNAPAC- CFDT ; L'USEP-SV (Les Forces Musicales, PROFEDIM, SNSP, SYNDEAC).
>> Lire la suite

Monsieur le ministre, 60 ans, est-ce l'âge de mourir ? (Tue, 23 Jul 2019)
Monsieur le Ministre, Le ministère de la Culture fête ses 60 ans cet été. Nous aimerions tant nous en réjouir. Malheureusement l'inquiétude est telle que nous ne parvenons pas à envisager sereinement son 61e anniversaire. Dans le contexte social et sociétal qui est le nôtre, face aux besoins d'égalité, de protection sociale, de partages, énoncés par les multiples mouvements sociaux persistants, nous aurions besoin d'un ministère fort et engagé dans des missions ambitieuses, au service des publics, de l'égalité d'accès à la richesse et la diversité des créations sur l'ensemble du territoire. Au lieu de cela nous assistons à son renoncement progressif. Par vos propos tenus lors du CNPS plénier en juin dernier, vous avez, Monsieur le Ministre, fait naître des doutes quant à votre attachement aux labels. Ils sont la structure même de vos missions, de vos engagements sur les territoires. Ils sont les fondations de notre politique, Centres Dramatiques Nationaux, Centres Chorégraphiques Nationaux, Scènes Nationales, Opéras, SMAC, Cirques, Scènes Conventionnées, Théâtres de ville, Orchestres qui assurent la diversité des créations et l'accès à tous dans le spectacle vivant. Vous avez affirmé votre détermination à accomplir la feuille de route gouvernementale et à accroître la déconcentration des procédures en matière de politique culturelle. Pour un ministère déjà déconcentré à 80%, cela nous paraît peu logique et dangereux. Donner aux préfets le pouvoir d'agréer toutes les directions des entreprises labellisées, locales sur les territoires. Seule la signature du Ministre peut être gage de la liberté qu'a toujours garantie l'État. Ici, le ministère ne sera donc plus le garant d'une équité territoriale des citoyennes et citoyens en matière d'égalité d'accès et de liberté de création, mais, pire, il n'en sera plus le prescripteur, le constructeur. Il risquerait de n'être qu'une plate-forme informative et distributive d'aides et serait alors totalement vidé de son sens, de son essence même. Nous refusons toute approche malthusienne. Les équipes artistiques indépendantes ont besoin d'être mieux soutenues, tout simplement parce qu'elles sont le cœur d'une politique publique, elles doivent être considérées comme les acteurs premiers de cette politique, elles doivent être de nouveau installées dans les territoires, au plus près des habitants. Or, vous faites le choix de réformer et de libéraliser à budget constant, plutôt que de porter haut et fort la nécessité d'une hausse des moyens alloués à votre ministère. C'est cette hausse qui par une nouvelle politique en faveur des artistes permettrait de répondre aux besoins de la population, et de conjurer son anxiété devant le déclassement et la perte des outils de l'émancipation. Depuis son élection, le Président de la République n'a pas encore exprimé de vision d'une politique culturelle ambitieuse. Il ne dialogue pas avec notre secteur et ses représentants et ne porte qu'une politique d'outils qui affaiblit encore votre ministère : Pass culture, microfolies… et pendant ce temps, le ministère perd en influence et s'affaiblit face à des régions devenues surpuissantes après la loi NOTRe. Nous, artistes-interprètes du théâtre, de la musique, de la danse, du cirque, de la marionnette, metteurs et metteuses en scène, chorégraphes, directeurs et directrices, techniciens et techniciennes, équipes administratives, auteurs et autrices, nous avons été les initiateurs de la décentralisation, nous en sommes toujours les acteurs. Nous débattons, inventons, cet outil chaque jour. Nous en sommes à l'origine, et nous en serons le futur. Car, s'il nous arrive parfois de nous empoigner, de nous contester, de nous interroger, c'est toujours parce que nous savons l'importance des outils que nous avons aujourd'hui entre les mains. Nous sommes conscients de l'enjeu de notre mission, pour une société de l'échange, de l'humain, du vivant, de la création. Ici nous sommes unis. Nous sommes totalement opposés à la direction que vous donnez à votre politique si elle est celle de l'affaiblissement de votre ministère, de la stagnation de ses moyens et de l'absence d'ambition politique clairement affirmée. Monsieur le Ministre, prenez en compte l'importance du travail formidable des équipes dans les lieux labellisés, conventionnés, les festivals et sur l'ensemble des territoires. Ne videz pas le ministère de ses prérogatives. Au contraire, donnez-nous du souffle, de la pensée, des moyens d'agir. Alors, Monsieur le Ministre, nous vous souhaitons un bon 60e anniversaire. Nous serons là. Et un peu en avance, à tout le ministère, aux agents, et à tous ceux qui construisent avec nous le service public du spectacle, un très joyeux 61e anniversaire à venir. Nous serons là. Signataires : La Fédération CGT spectacle (FNSAC-CGT et ses syndicats du spectacle vivant : SFA, SNAM, SYNPTAC) ; FASAP-FO (SNLA-FO, SNM-FO, SNSV-FO) ; FCCS-CGC ; SNAPAC- CFDT ; L'USEP-SV (Les Forces Musicales, PROFEDIM, SNSP, SYNDEAC).
>> Lire la suite

MONSIEUR LE MINISTRE, 60 ANS, EST-CE L’ÂGE DE MOURIR ? Lettre ouverte à F. Riester (Tue, 23 Jul 2019)
A l’occasion du 60ème anniversaire du ministère de la Culture, le SFA, avec un ensemble de syndicats du monde de la culture et du spectacle (CGT spectacle ; Fasap-Fo; Fccs-Cgc ; Snapac- Cfdt ; Usep-Sv ) s’adressent à Frank Riester.
>> Lire la suite

Lettre intersyndicale : "Monsieur le Ministre - 60 ans est-ce l'âge de mourir?" @SYNDEAC @profedim @ForcesMusicales @cgt_spectacle @CFECGC @F3CCFDT @FASAPFO snsp.fr/actualites/act… (Tue, 23 Jul 2019)
l311Cbt5_normal.jpg SNSP Syndicat National des scènes publiques @SNSPscenes Lettre intersyndicale : "Monsieur le Ministre - 60 ans est-ce l'âge de mourir?" @SYNDEAC @profedim @ForcesMusicales @cgt_spectacle @CFECGC @F3CCFDT @FASAPFO snsp.fr/actualites/act…
>> Lire la suite

http://www.fnsac-cgt.com/article.php?IDart=1544&IDssrub=214 A l’occasion du 60ème anniversaire... (Tue, 23 Jul 2019)
http://www.fnsac-cgt.com/article.php?IDart=1544&IDssrub=214 A l’occasion du 60ème anniversaire du ministère de la Culture, un ensemble de syndicats du monde de la culture et du spectacle (CGT spectacle ; Fasap-Fo; Fccs-Cgc ; Snapac- Cfdt ; Usep-Sv ) s’adressent à Frank Riester « nous aurions besoin d’un ministère fort et engagé dans des missions ambitieuses … Au lieu de cela nous assistons à son renoncement progressif. »… safe_image.php?w=130&h=130&url=http%3A%2 MONSIEUR LE MINISTRE, 60 ANS, EST-CE L’ÂGE DE MOURIR ? www.fnsac-cgt.com
>> Lire la suite

60e ANNIVERSAIRE DU MINISTÈRE DE LA CULTURE. MONSIEUR LE MINISTRE, 60 ANS, EST-CE L’ÂGE DE MOURIR ? fnsac-cgt.com/article.php?ID… (Tue, 23 Jul 2019)
site_normal.jpg CGT SPECTACLE @cgt_spectacle 60e ANNIVERSAIRE DU MINISTÈRE DE LA CULTURE. MONSIEUR LE MINISTRE, 60 ANS, EST-CE L’ÂGE DE MOURIR ? fnsac-cgt.com/article.php?ID… EAJr-kPWwAAteGJ.jpg:large
>> Lire la suite

[Anniversaire] Lettre envoyée au ministre de la Culture Franck Riester Monsieur le Ministre, 60... (Tue, 23 Jul 2019)
[Anniversaire] Lettre envoyée au ministre de la Culture Franck Riester Monsieur le Ministre, 60 ans, est-ce l'âge de mourir ? "Nous, artistes-interprètes du théâtre, de la musique, de la danse, du cirque, de la marionnette, metteurs et metteuses en scène, chorégraphes, directeurs et directrices, techniciens et techniciennes, équipes administratives, auteurs et autrices, nous avons été les initiateurs de la décentralisation, nous en sommes toujours les acteurs. Nous débattons, inventons, cet outil chaque jour. Nous en sommes à l'origine, et nous en serons le futur. Car, s'il nous arrive parfois de nous empoigner, de nous contester, de nous interroger, c'est toujours parce que nous savons l'importance des outils que nous avons aujourd'hui entre les mains. Nous sommes conscients de l'enjeu de notre mission, pour une société de l'échange, de l'humain, du vivant, de la création. Ici nous sommes unis." Signataires : la Fédération CGT spectacle ( Fnsac Fédé et ses syndicats du spectacle vivant : SFA, SNAM, SYNPTAC ) ; FASAP-FO ; FCCS-CGC ; L'USEP-SV (Forces Musicales, Profedim , SNSP Syndicat National des Scènes Publiques, Syndeac) safe_image.php?d=AQAVK8YrXW6d9vtR&w=130& Monsieur le Ministre, 60 ans, est-ce l'âge de mourir ? | SYNDEAC bit.ly
>> Lire la suite

Monsieur le Ministre, 60 ans, est-ce l’âge de mourir ? (Tue, 23 Jul 2019)
Pour le soixantième anniversaire du Ministère de la culture, un ensemble de syndicats du monde de la culture et du spectacle rappelle le « besoin d'un ministère fort et engagé dans des missions ambitieuses ». Cet article Monsieur le Ministre, 60 ans, est-ce l’âge de mourir ? est apparu en premier sur SYNDEAC.
>> Lire la suite

[Site] #LeSaviezVous Vous pouvez naviguer sur la nouvelle page d'accueil du Syndeac grâce aux petits... (Thu, 18 Jul 2019)
[Site] #LeSaviezVous Vous pouvez naviguer sur la nouvelle page d'accueil du Syndeac grâce aux petits boutons rouge sur le côté droit. 🔴 🔴 🔴 ➡️ Découvrir notre nouvelle page d'accueil ici : http://www.syndeac.org 67014741_1221978777963050_91354660521493
>> Lire la suite

Le Quai – CDN d’Angers : encore une liste courte non paritaire ! (Thu, 18 Jul 2019)
La difficulté que révèle ce nouvel épisode, de voir des femmes postuler à des équipements culturels importants, nous interpelle et nécessite une approche résolument engagée. Cet article Le Quai – CDN d’Angers : encore une liste courte non paritaire ! est apparu en premier sur SYNDEAC.
>> Lire la suite

[Formations] #Avignon 🌞 infos complètes : http://bit.ly/2YimZta Coordonnées par l’ISTS et le Festival... (Wed, 17 Jul 2019)
[Formations] #Avignon 🌞 infos complètes : http://bit.ly/2YimZta Coordonnées par l’ISTS et le Festival d’Avignon, les interventions des partenaires de la Maison professionnelle s’intègrent dans un cadre d’objectifs conçu spécifiquement pour répondre de manière ciblée aux problématiques et besoins des élus et non à celles de leurs agents et qui permettent de : - Faire de la culture un outil d’action politique, un outil au coeur des projets politiques publiques des élus - Apporter une aide et des clés de compréhension de l’écosystème du spectacle vivant aux élus afin qu’ils puissent collaborer au mieux avec leurs services en charge de la culture et leurs agents 📅 Dans ce cadre le Syndeac organise 2 modules de formations les 13 et 14 juillet Les autres formations sont organisées par : ARTCENA UFISC SNSP Syndicat National des Scènes Publiques et les Forces musicales 65391627_1210534892440772_47273627806324 Photos de la publication de Syndeac www.facebook.com
>> Lire la suite