FOCUS CREE PAR INFORMACGT.com

Park HYATT - Paris Vendôme

Communiqué du NPA. Soutien aux grévistes de l'Ibis des Batignolles (jeu., 12 sept. 2019)
Depuis le 17 juillet, les salariées de la société STN, sous-traitées à l'hôtel Ibis des Batignolles (Paris 17e), sont en grève illimitée pour notamment revendiquer leur embauche par le donneur d'ordre et le passage des CDD en CDI, des temps partiels en temps pleins. Les femmes de chambre demandent également que cessent le harcèlement, les mutations injustifiées, les heures supplémentaires non payées, les cadences infernales… Source : site du NPA Un autre sujet est aussi dans tous les esprits : en mars 2017, une salariée a été violée par un directeur de l'hôtel, depuis licencié et mis en examen. La mobilisation permet donc de remettre en lumière cette affaire et, plus généralement, de dénoncer les agressions sexuelles que subissent les salariées, particulièrement dans ce secteur précaire et féminisé. Les femmes de chambre grévistes et leur syndicat, la CGT-HPE, sont déterminés. C'est qu'elles ne sont pas les seules à se battre et à mener des conflits - souvent durs - face aux patrons voyous du secteur. Non loin de l'Ibis, il y a quelques mois, les salariéEs à l'Holiday Inn de la Porte de Clichy avaient tenu 111 jours jusqu'à la victoire, tout comme celles et ceux de Park-Hyatt Vendôme qui avaient gagné après 87 jours de grève. Et actuellement, sur Marseille, les femmes de chambre d'Elior, sous-traitées à l'hôtel NH Collection, ont entamé le 11 avril dernier une grève qui dure encore... Ce lundi 9 septembre à 11h, une délégation du NPA (qui participe au comité de soutien) menée par Philippe Poutou vient soutenir les revendications des grévistes : continuer le piquet devant l'hôtel, alimenter la caisse de grève et forcer la direction d'Ibis à négocier, voilà l'enjeu de ces prochains jours. Montreuil le lundi 9 septembre 2019
>> Lire la suite

Rassemblement en soutien aux femmes de chambres grévistes de Paris (Wed, 11 Sep 2019)
Rassemblement ce jeudi 12 septembre à 18h devant l'hôtel Ibis en face de la gare de Rennes : explications ci-dessous. # Mise à jour : hier à 22h17 Boycott Ibis Hôtels ! Le rassemblement du jour en images : 🔴 Rassemblement de soutien aux grévistes de l'hôtel Ibis des Batignolles (Paris 17e) qui se réunissent devant les bureaux de l'administration de Marlène Schiappa à 12h ce jeudi. A Rennes, profitons de la présence des hôtels Ibis dans notre ville et retrouvons-nous devant l'hôtel Ibis de la Gare de Rennes pour exprimer notre soutien à ces grévistes si déterminées. 📢 Depuis le 17 juillet, les salariées de la société STN, sous-traitées à l'hôtel Ibis des Batignolles (Paris 17e), sont en grève illimitée pour revendiquer, notamment, leur embauche par le donneur d'ordre et le passage des CDD en CDI, des temps partiels en temps pleins. Les femmes de chambre demandent également que cessent le harcèlement, les mutations injustifiées, les heures supplémentaires non payées, les cadences infernales… ‼️ Un autre sujet est aussi dans tous les esprits : en mars 2017, une salariée a été violée par un directeur de l'hôtel, depuis licencié et mis en examen. La mobilisation permet donc de remettre en lumière cette affaire et, plus généralement, de dénoncer les agressions sexuelles que subissent les salariées, particulièrement dans ce secteur précaire, comptant une majorité de femmes noires. ✊🏿Les femmes de chambre grévistes et leur syndicat, la CGT-HPE, sont déterminés. C'est qu'elles ne sont pas les seules à se battre et à mener des conflits - souvent durs - face aux patrons voyous du secteur. Non loin de l'Ibis, il y a quelques mois, les salariéEs à l'Holiday Inn de la Porte de Clichy avaient tenu 111 jours jusqu'à la victoire, tout comme celles et ceux de Park-Hyatt Vendôme qui avaient gagné après 87 jours de grève. Et actuellement, sur Marseille, les femmes de chambre d'Elior, sous-traitées à l'hôtel NH Collection, ont entamé le 11 avril dernier une grève qui dure encore... Si vous avez un compte sur Facebook, n'hésitez pas à partager cet événement et à y inviter vos contacts antiracistes, féministes, syndicalistes, exploité-es dans les entreprises d'entretien... https://www.facebook.com/events/2421491431453808/?ti=as Plus d'info : https://mobile.lesinrocks.com/2019/09/09/actualite/societe/femmes-de-chambre-en-greve-a-paris-elles-ont-si-peu-a-perdre-quelles-sont-tres-determinees/ https://www.liberation.fr/france/2019/08/13/femmes-de-chambre-en-greve-a-l-hotel-ibis-si-on-gagne-ils-ne-profiteront-plus-de-nous_1745134
>> Lire la suite

Ibis Batignolles : les femmes de chambre "déterminées" poursuivent leur grève (Mon, 19 Aug 2019)
Après un mois de grève les femmes de chambre de l'hôtel Ibis Batignolles, à Paris se sont rassemblées samedi 17 août devant les portes de l'établissement pour dénoncer « la maltraitance de la sous-traitance » . Les grévistes ont promis « d'aller jusqu'au bout et de ne rien lâcher tant qu'elles n'obtiendront pas satisfaction pour toutes ces demandes de justice et de dignité » . Soutenues par la CGT des Hôtels de Prestige et Économiques (CGT-HPE), les grévistes occupent le parvis de l'hôtel non-stop, du lundi au samedi, de 9h à 16h. Samedi 17 août elles ont marqué leur premier mois de grève par un nouveau rassemblement. Ces femmes de chambre du sous-traitant STN, rejointes par des salariés d'autres entreprises, manifestaient malgré la pluie leur colère contre « le mal de dos » et « la maltraitance de la sous-traitance » . Elles ont reçu le soutien des travailleurs sans-papiers de Chronopost Alfortville, eux aussi en grève depuis plusieurs semaines pour obtenir leur régularisation et leur titularisation. Les grévistes de l'Ibis Batignolles occupent le parvis de l'établissement pour réclamer une amélioration de leurs conditions de travail. Elles demandent notamment des embauches directes, la fin des contrats en sous-traitance et la réduction de leur rythme de travail. Aujourd'hui, elles ont 17 min pour faire chaque chambre. Cette cadence a, évidemment, des conséquences sur leur santé physique et mentale. Les grévistes accusent aussi un des anciens directeurs de l'hôtel d'avoir violé l'une de leurs collègues en 2017. En poste « depuis un an et trois mois » dans cet hôtel, le deuxième plus grand Ibis en France et en Europe après celui de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, Djeneba Diallo explique à l'AFP que « les heures supplémentaires ne sont pas payées" , alors qu'on leur ordonne de nettoyer davantage de chambres que « les 21 par jour prévues par le contrat » pour six heures de travail. « Si on ne veut pas, ils nous menacent. On doit faire 36, 37 chambres par jour… » , ajoute-t-elle. Au lieu de « trois chambres et demi à faire en une heure« , les grévistes veulent descendre à « trois chambres par heure » , précise Mama Ndiaye, qui souffre d'une tendinite après « dix ans » à l'Ibis Batignolles. Et « une grande chambre » devrait valoir « deux chambres« , complète Rachel Keke, militante comme ses collègues à la CGT des hôtels de prestige et économiques (CGT-HPE), le syndicat qui soutient le mouvement. « On veut aussi une pointeuse pour être payées par heure de travail et non par le nombre de chambres« , poursuit Mme Keke, également affligée d'une tendinite à un bras. Alors que l'hôtel de « 706 chambres est plein à craquer » en cette période de congés d'été, tous les jours « sauf le dimanche« , les grévistes viennent manifester devant l'établissement, raconte Rachel Keke. La réaction des clients ? Certains « nous insultent« , mais d'autres « nous comprennent, nous encouragent, mettent de l'argent dans la boîte » de la cagnotte de soutien, souligne la militante, « prête à continuer » la grève « jusqu'à ce qu'on ait satisfaction » . Ce conflit social en rappelle d'autres du même type dans des hôtels franciliens. Par exemple les 111 jours de grève des salariées du Holiday Inn de Clichy qui ont obtenu gain de cause. Ou encore celui d'une partie du personnel en charge du nettoyage du palace parisien Park Hyatt Vendôme qui avait réussi à se mobiliser durant 87 jours avec succès. Article NVO du 19 août 2019
>> Lire la suite

« Un autre motif d’espoir pour les femmes de chambres : la CGT-HPE, qui les accompagne dans cette lutte,... (Wed, 14 Aug 2019)
« Un autre motif d’espoir pour les femmes de chambres : la CGT-HPE, qui les accompagne dans cette lutte, n’a jamais perdu une grève. «Avant d’organiser une mobilisation, on s’assure de la motivation des salariées de l’hôtel», explique Foued Slimani. L’organisation ne lance pas de mobilisation si la moitié des salariés, au moins, n’est pas syndiquée. Adhérente récente, Olga conserve fièrement sa carte de la CGT dans son portefeuille près de son titre de séjour. Il faut savoir être patient. L’an dernier, il avait fallu 87 jours de grève aux femmes de chambres du palace parisien Park Hyatt pour obtenir gain de cause. «Ça ne nous fait pas peur», sourit Rachel... » safe_image.php?d=AQBoO8mtBxPJh5pU&w=130& Femmes de chambre en grève à l'hôtel Ibis : «Si on gagne, ils ne profiteront plus de nous» www.liberation.fr
>> Lire la suite

Park Hyatt Paris Vendôme: l’avis d’expert du «Figaro» (Mon, 05 Aug 2019)
EN IMAGES - C’est un des onze palaces parisiens. De la grande hôtellerie française, sur la prestigieuse rue de la Paix, où l’ostentatoire a été chassé comme une vilaine sorcière, laissant place au chic urbain et à la distinction haussmannienne.
>> Lire la suite

Jacuzzi avec vue, terrasse panoramique… à quoi ressemble la nouvelle suite du Meurice (Sun, 04 Aug 2019)
6MNHLRJPJ26LD6ILOZPQ5FCZUI.jpg Et dans les autres palaces, ça coûte combien ? À Paris, onze établissements cinq étoiles sont labellisés « Palace ». Le Mandarin Oriental (Ier) a inauguré au début du mois l’Appartement Parisien, une suite de 430 m². Pour 32 000 euros la nuit, le chef 2 étoiles Thierry Marx vous concocte un dîner privé directement dans la suite… Au Plaza Athénée (VIIIe), la suite royale de 450 m² au 5e étage, qui donne sur l’avenue Montaigne et la cour intérieure est au tarif de 29 000 euros. Comptez 22 000 euros pour une nuit au Shangri-La (XVIe) dans la suite éponyme de 120 m² et une terrasse de 100 m² d’où l’on admire – entre autres — la tour Eiffel. Une salle de sport dans sa suite Au Four Seasons George V (VIIIe), le tarif du penthouse de 160 m² et sa terrasse varie entre 20 000 et 30 000 euros selon les périodes. Quant à la suite impériale du Bristol (VIIIe), elle est à 24 000 euros pour 320 m², mais cette fois, pas de vue sur les monuments mais plutôt sur le jardin de l’hôtel. Au Peninsula (XVIe), la suite de 318 m² est à 20 000 €. Et pour les sportifs qui aimeraient profiter de la salle de sport de la suite présidentielle du Royal Monceau (VIIIe), comptez 24 000 euros l’appartement de 350 m² (sans terrasse). À l’hôtel de Crillon (VIIIe), la suite Bernstein de 234 m² au 7e étage n’est qu’à 20 000 euros. Enfin, on passe sous la barre des 10 000 euros avec le Park Hyatt Vendôme (IIe) et ses trois suites signature. De plus de 200 m², elles vous coûteront chacune un peu moins de 10 000 euros. Pour finir, une nuit à la Réserve (VIIIe) se loue entre 4 000 et 8 000 euros selon les périodes, pour une superficie de 110 m² et des balcons haussmanniens qui promettent la vue sur la tour Eiffel. Let's block ads! (Why?)
>> Lire la suite

Oise : un nouvel hôtel 4 étoiles à Chantilly (Tue, 09 Jul 2019)
Ce 4 étoiles représente, une nouvelle offre d’hébergement et de gastronomie dans le département de l’Oise. Ce 4 étoiles représente, une nouvelle offre d’hébergement et de gastronomie dans le département de l’Oise. (©DR) En pleine verdure, l’hôtel Hyatt Regency est composé de 211 chambres dont 14 suites de luxe, 2 restaurants, un bar et bien sûr un espace Spa, sans oublier les 1 500 m² d’espaces événementiels. L’établissement compte 150 salariés. Les architectes ont joué avec le passé. Une grosse partie du bâti date du 18e, à l’époque de l’ancienne papeterie, qui elle même avait succédé à une blanchisserie installée depuis le 17e. Dès la réception, les clients sont accueillis dans un moulin doté d’une roue hydraulique, vestige de l’époque où le site servait de blanchisserie pour le Château. Un bâtiment industriel rénové abrite un des deux restaurant. Côté cuisine, le 4 étoiles propose différentes approches culinaires. Le Chef Christophe Scheller qui a exercé au Park Hyatt Paris-Vendôme ou bien encore au Royal Monceau tient désormais les rênes et sert une cuisine de saison. 1200 m² d’espace bien-être Le Spa accueille les clients « dans 1200 m² d’espace bien-être comprenant cinq cabines de soins (dont une double), deux saunas, un hammam, une fontaine de glace, trois douches sensorielles et une piscine intérieure chauffée ». Enfin, pour profiter pleinement de votre venue, des visites avec guide conférencier sont organisées au départ de l’hôtel pour découvrir la ville. Chaque week-end des soirées champêtres et musicales sont prévues. Les prix pour une nuitée, débutent cette saison d’été à 250 euros.
>> Lire la suite

Oise : un nouvel hôtel 4 étoiles à Chantilly (Tue, 09 Jul 2019)
Ce 4 étoiles représente, une nouvelle offre d’hébergement et de gastronomie dans le département de l’Oise. Ce 4 étoiles représente, une nouvelle offre d’hébergement et de gastronomie dans le département de l’Oise. (©DR) En pleine verdure, l’hôtel Hyatt Regency est composé de 211 chambres dont 14 suites de luxe, 2 restaurants, un bar et bien sûr un espace Spa, sans oublier les 1 500 m² d’espaces événementiels. L’établissement compte 150 salariés. Les architectes ont joué avec le passé. Une grosse partie du bâti date du 18e, à l’époque de l’ancienne papeterie, qui elle même avait succédé à une blanchisserie installée depuis le 17e. Dès la réception, les clients sont accueillis dans un moulin doté d’une roue hydraulique, vestige de l’époque où le site servait de blanchisserie pour le Château. Un bâtiment industriel rénové abrite un des deux restaurant. Côté cuisine, le 4 étoiles propose différentes approches culinaires. Le Chef Christophe Scheller qui a exercé au Park Hyatt Paris-Vendôme ou bien encore au Royal Monceau tient désormais les rênes et sert une cuisine de saison. 1200 m² d’espace bien-être Le Spa accueille les clients « dans 1200 m² d’espace bien-être comprenant cinq cabines de soins (dont une double), deux saunas, un hammam, une fontaine de glace, trois douches sensorielles et une piscine intérieure chauffée ». Enfin, pour profiter pleinement de votre venue, des visites avec guide conférencier sont organisées au départ de l’hôtel pour découvrir la ville. Chaque week-end des soirées champêtres et musicales sont prévues. Les prix pour une nuitée, débutent cette saison d’été à 250 euros.
>> Lire la suite

À Coulvain, Adéquate est incontournable sur le marché de la pierre depuis 10 ans (Thu, 20 Jun 2019)
Françoise Béloin, co-dirigeante de l'entreprise Adéquate de Coulvain. Françoise Béloin, co-dirigeante de l’entreprise Adéquate de Coulvain. Afin de fêter l’événement de leur 10 ans d’existence, Adéquate lance une porte ouverte le 20, 21 et 22 juin.  « Mon mari a travaillé pendant une vingtaine d’années chez Rocomat à Laval et en 2004 il a décidé de créer sa propre entreprise avec un associé. Il lui a cédé ses parts en 2008 puis s’est installé en juin 2009 sur un terrain vierge. De là est née Adéquate. » « J’étais dans un cabinet d’experts-comptables lorsque mon mari a créé Adéquate, il avait un studio à Villers-Bocage et ne revenait que le week-end donc cela devenait compliqué. J’ai quitté mon emploi et l’est rejoint dans l’entreprise en 2010 et nous nous sommes installés dans une maison à Saint-Honorin. Depuis je m’occupe de toute la comptabilité et de la gestion des commandes pour Adéquate », explique Françoise Bélouin. Au départ, il n’y avait qu’une commerciale et un ouvrier en atelier ainsi que Jean-François Béloin oscillant sur les différents postes de l’entreprise. Après avoir démarché des clients et notamment des cuisinistes, au fur et à mesure l’entreprise s’est développée jusqu’à atteindre aujourd’hui un total de 7 membres en son sein. Adéquate produit en majorité des plans de travail pour les cuisines mais décline aussi son activité sur l’agencement et le mobilier notamment pour les hôtels. Faisant des pièces pour des hôtels de haut standing de France et de Suisse, cela permet à l’entreprise de se diversifier. Le Park Hyatt à Paris, l’Hôtel Ballu, Chrome République ou encore l’Hôtel Beaulac en Suisse font partis de la nouvelle clientèle d’Adéquate. Pour se faire, l’entreprise passe par l’agenceur James qui permet de mettre en relation les clients et Adéquate. « On fabrique les pièces et ils se chargent du transport et du rapatriement de nos productions » déclare la gérante. Perspectives « Depuis 2 ans, on a agrandi l’établissement de 460 m2 ce qui fait que nous avons un bâtiment de plus de 1 000 m2 et un hectare de terrain sur lequel on entrepose notre marchandise. Nous avons investi dans une machine à jet d’eau et une débiteuse numérique pour parfaire notre activité. C’est un lourd investissement mais qui nous permet de gagner du temps sur nos commandes », précise Françoise Béloin. Pour ce qui est des matières premières, Adéquate travaille majoritairement avec l’Italie via l’entreprise Cereser, mais aussi avec l’entreprise Brachot située à Saint-Eustache et Spadaccini de Paris. Pour l’essentiel, la marchandise leur est livrée d’Italie et ils se chargent de transformer la matière première pour leurs commandes. « Nous avons embauché 2 salariés supplémentaires et nous cherchons quelqu’un en plus pour la pose dans l’atelier afin de libérer du ton temps à Jean-François. Aussi, à partir de septembre prochain, une jeune élève de BTS GPME (Gestion des petites et moyennes entreprises) viendra me donner de l’aide pour toute la gestion administrative et le traitement des commandes au travers un contrat d’alternance » Pour marquer les 10 ans d’existence de l’entreprise, ces amoureux de la pierre ont décidé d’organiser des portes ouvertes le 20, 21 et 22 juin pour promouvoir leur activité. Le 20 juin sera l’occasion de rencontrer les fournisseurs historiques tels que Cereser. Le dirigeant de l’entreprise italienne, Dominico Cereser sera de la partie ainsi que le responsable France de l’entreprise. Tous les partenaires d’Adéquate ainsi que leurs voisins de la zone d’activité seront aussi présents. Le 21 juin sera l’occasion de montrer les locaux aux anciens clients dans le but de leur montrer la structure. Enfin, le 22 juin, l’entreprise ouvrira les portes de ses locaux et de son atelier à tous les particuliers afin de se positionner sur le territoire.
>> Lire la suite

À Coulvain, Adéquate est incontournable sur le marché de la pierre depuis 10 ans (Thu, 20 Jun 2019)
Françoise Béloin, co-dirigeante de l'entreprise Adéquate de Coulvain. Françoise Béloin, co-dirigeante de l’entreprise Adéquate de Coulvain. Afin de fêter l’événement de leur 10 ans d’existence, Adéquate lance une porte ouverte le 20, 21 et 22 juin.  « Mon mari a travaillé pendant une vingtaine d’années chez Rocomat à Laval et en 2004 il a décidé de créer sa propre entreprise avec un associé. Il lui a cédé ses parts en 2008 puis s’est installé en juin 2009 sur un terrain vierge. De là est née Adéquate. » « J’étais dans un cabinet d’experts-comptables lorsque mon mari a créé Adéquate, il avait un studio à Villers-Bocage et ne revenait que le week-end donc cela devenait compliqué. J’ai quitté mon emploi et l’est rejoint dans l’entreprise en 2010 et nous nous sommes installés dans une maison à Saint-Honorin. Depuis je m’occupe de toute la comptabilité et de la gestion des commandes pour Adéquate », explique Françoise Bélouin. Au départ, il n’y avait qu’une commerciale et un ouvrier en atelier ainsi que Jean-François Béloin oscillant sur les différents postes de l’entreprise. Après avoir démarché des clients et notamment des cuisinistes, au fur et à mesure l’entreprise s’est développée jusqu’à atteindre aujourd’hui un total de 7 membres en son sein. Adéquate produit en majorité des plans de travail pour les cuisines mais décline aussi son activité sur l’agencement et le mobilier notamment pour les hôtels. Faisant des pièces pour des hôtels de haut standing de France et de Suisse, cela permet à l’entreprise de se diversifier. Le Park Hyatt à Paris, l’Hôtel Ballu, Chrome République ou encore l’Hôtel Beaulac en Suisse font partis de la nouvelle clientèle d’Adéquate. Pour se faire, l’entreprise passe par l’agenceur James qui permet de mettre en relation les clients et Adéquate. « On fabrique les pièces et ils se chargent du transport et du rapatriement de nos productions » déclare la gérante. Perspectives « Depuis 2 ans, on a agrandi l’établissement de 460 m2 ce qui fait que nous avons un bâtiment de plus de 1 000 m2 et un hectare de terrain sur lequel on entrepose notre marchandise. Nous avons investi dans une machine à jet d’eau et une débiteuse numérique pour parfaire notre activité. C’est un lourd investissement mais qui nous permet de gagner du temps sur nos commandes », précise Françoise Béloin. Pour ce qui est des matières premières, Adéquate travaille majoritairement avec l’Italie via l’entreprise Cereser, mais aussi avec l’entreprise Brachot située à Saint-Eustache et Spadaccini de Paris. Pour l’essentiel, la marchandise leur est livrée d’Italie et ils se chargent de transformer la matière première pour leurs commandes. « Nous avons embauché 2 salariés supplémentaires et nous cherchons quelqu’un en plus pour la pose dans l’atelier afin de libérer du ton temps à Jean-François. Aussi, à partir de septembre prochain, une jeune élève de BTS GPME (Gestion des petites et moyennes entreprises) viendra me donner de l’aide pour toute la gestion administrative et le traitement des commandes au travers un contrat d’alternance » Pour marquer les 10 ans d’existence de l’entreprise, ces amoureux de la pierre ont décidé d’organiser des portes ouvertes le 20, 21 et 22 juin pour promouvoir leur activité. Le 20 juin sera l’occasion de rencontrer les fournisseurs historiques tels que Cereser. Le dirigeant de l’entreprise italienne, Dominico Cereser sera de la partie ainsi que le responsable France de l’entreprise. Tous les partenaires d’Adéquate ainsi que leurs voisins de la zone d’activité seront aussi présents. Le 21 juin sera l’occasion de montrer les locaux aux anciens clients dans le but de leur montrer la structure. Enfin, le 22 juin, l’entreprise ouvrira les portes de ses locaux et de son atelier à tous les particuliers afin de se positionner sur le territoire.
>> Lire la suite

À Coulvain, Adéquate est incontournable sur le marché de la pierre depuis 10 ans (Thu, 20 Jun 2019)
Françoise Béloin, co-dirigeante de l'entreprise Adéquate de Coulvain. Françoise Béloin, co-dirigeante de l’entreprise Adéquate de Coulvain. Afin de fêter l’événement de leur 10 ans d’existence, Adéquate lance une porte ouverte le 20, 21 et 22 juin.  « Mon mari a travaillé pendant une vingtaine d’années chez Rocomat à Laval et en 2004 il a décidé de créer sa propre entreprise avec un associé. Il lui a cédé ses parts en 2008 puis s’est installé en juin 2009 sur un terrain vierge. De là est née Adéquate. » « J’étais dans un cabinet d’experts-comptables lorsque mon mari a créé Adéquate, il avait un studio à Villers-Bocage et ne revenait que le week-end donc cela devenait compliqué. J’ai quitté mon emploi et l’est rejoint dans l’entreprise en 2010 et nous nous sommes installés dans une maison à Saint-Honorin. Depuis je m’occupe de toute la comptabilité et de la gestion des commandes pour Adéquate », explique Françoise Bélouin. Au départ, il n’y avait qu’une commerciale et un ouvrier en atelier ainsi que Jean-François Béloin oscillant sur les différents postes de l’entreprise. Après avoir démarché des clients et notamment des cuisinistes, au fur et à mesure l’entreprise s’est développée jusqu’à atteindre aujourd’hui un total de 7 membres en son sein. Adéquate produit en majorité des plans de travail pour les cuisines mais décline aussi son activité sur l’agencement et le mobilier notamment pour les hôtels. Faisant des pièces pour des hôtels de haut standing de France et de Suisse, cela permet à l’entreprise de se diversifier. Le Park Hyatt à Paris, l’Hôtel Ballu, Chrome République ou encore l’Hôtel Beaulac en Suisse font partis de la nouvelle clientèle d’Adéquate. Pour se faire, l’entreprise passe par l’agenceur James qui permet de mettre en relation les clients et Adéquate. « On fabrique les pièces et ils se chargent du transport et du rapatriement de nos productions » déclare la gérante. Perspectives « Depuis 2 ans, on a agrandi l’établissement de 460 m2 ce qui fait que nous avons un bâtiment de plus de 1 000 m2 et un hectare de terrain sur lequel on entrepose notre marchandise. Nous avons investi dans une machine à jet d’eau et une débiteuse numérique pour parfaire notre activité. C’est un lourd investissement mais qui nous permet de gagner du temps sur nos commandes », précise Françoise Béloin. Pour ce qui est des matières premières, Adéquate travaille majoritairement avec l’Italie via l’entreprise Cereser, mais aussi avec l’entreprise Brachot située à Saint-Eustache et Spadaccini de Paris. Pour l’essentiel, la marchandise leur est livrée d’Italie et ils se chargent de transformer la matière première pour leurs commandes. « Nous avons embauché 2 salariés supplémentaires et nous cherchons quelqu’un en plus pour la pose dans l’atelier afin de libérer du ton temps à Jean-François. Aussi, à partir de septembre prochain, une jeune élève de BTS GPME (Gestion des petites et moyennes entreprises) viendra me donner de l’aide pour toute la gestion administrative et le traitement des commandes au travers un contrat d’alternance » Pour marquer les 10 ans d’existence de l’entreprise, ces amoureux de la pierre ont décidé d’organiser des portes ouvertes le 20, 21 et 22 juin pour promouvoir leur activité. Le 20 juin sera l’occasion de rencontrer les fournisseurs historiques tels que Cereser. Le dirigeant de l’entreprise italienne, Dominico Cereser sera de la partie ainsi que le responsable France de l’entreprise. Tous les partenaires d’Adéquate ainsi que leurs voisins de la zone d’activité seront aussi présents. Le 21 juin sera l’occasion de montrer les locaux aux anciens clients dans le but de leur montrer la structure. Enfin, le 22 juin, l’entreprise ouvrira les portes de ses locaux et de son atelier à tous les particuliers afin de se positionner sur le territoire.
>> Lire la suite

Pâtisserie : un ancien chef pâtissier d'un hôtel cinq étoiles s'installe à Vannes (Thu, 18 Apr 2019)
Beaucoup de monde le mercredi 17 avril pour l'ouverture de la boutique Beaucoup de monde le mercredi 17 avril pour l’ouverture de la boutique (©actu Morbihan) Ce mercredi matin, au cœur du marché de Vannes, la pâtisserie de Pièr-Marie Le Moigno ne désemplissait pas. Une odeur de chocolat attirait les passants. Pourtant de « nature un peu stressé », Pièr-Marie ne perdait pas le sourire :  « J’appréhendais beaucoup cette ouverture. Finalement, je suis très surpris du monde ce matin car nous avons très peu communiqué » « Rendre accessible la pâtisserie des palaces » Une fois dans sa boutique, on aurait envie de tout dévorer. Ses pâtisseries alternent le chocolat, le caramel, les macarons mais aussi des gâteaux au fruit avec différents mélanges de saveurs.  "Tout est fait maison", assure Pièr-Marie Le Moigno « Tout est fait maison », assure Pièr-Marie Le Moigno (©actu Morbihan) Son but est faire de la pâtisserie « au plus grand nombre », lui qui vient des luxueux hôtels parisien. Pièr-Marie a fait ses gammes au lycée hôtelier de Dinard avant de petit à petit grimper les échelons dans différents Relais et Châteaux. Il finit par devenir chef à l’hôtel cinq étoiles Park Hyatt à Paris.  Lire aussi : Gironde. Pâques : un œuf de 30 kg tout en chocolat au château Lafaurie-Peyraguey à Bommes Pièr-Marie a fini par vouloir ouvrir sa propre boutique avec sa compagne à Lorient. Cinq ans après, les voici à Vannes « poussé par ses clients ».  C’était un rêve de venir s’installer ici Faire une belle et bonne boutique Désormais, le chef pâtissier a une autre ambition : que ce rêve se prolonge. Après deux mois et demi de travaux, il voulait que son commerce soit parfait pour une raison précise :  Si c’est beau le client va rentrer. Si c’est bon il reviendra.  "L objectif était d ouvrir avant Pâques. Un rendez-vous incontournable" « L’objectif était d’ouvrir avant Pâques. Un rendez-vous incontournable » (©actu Bretagne) A l’arrière de sa boutique, on y retrouve ce qu’il nomme « son laboratoire ». Un lieu de stockage où il ramène ses créations de Lorient. C’est aussi là qu’il prépare des gâteaux pour des demandes particulières.  On vous laissera le soin de juger avec vos papilles. Mais nos yeux se régalent déjà.  Pâtisserie Pièr-Marie Le Moigno. 9 rue Le Hellec, 56000 Vannes. 02.97.54.18.99
>> Lire la suite

Pâtisserie : un ancien chef pâtissier d'un hôtel cinq étoiles s'installe à Vannes (Thu, 18 Apr 2019)
Beaucoup de monde le mercredi 17 avril pour l'ouverture de la boutique Beaucoup de monde le mercredi 17 avril pour l’ouverture de la boutique (©actu Morbihan) Ce mercredi matin, au cœur du marché de Vannes, la pâtisserie de Pièr-Marie Le Moigno ne désemplissait pas. Une odeur de chocolat attirait les passants. Pourtant de « nature un peu stressé », Pièr-Marie ne perdait pas le sourire :  « J’appréhendais beaucoup cette ouverture. Finalement, je suis très surpris du monde ce matin car nous avons très peu communiqué » « Rendre accessible la pâtisserie des palaces » Une fois dans sa boutique, on aurait envie de tout dévorer. Ses pâtisseries alternent le chocolat, le caramel, les macarons mais aussi des gâteaux au fruit avec différents mélanges de saveurs.  "Tout est fait maison", assure Pièr-Marie Le Moigno « Tout est fait maison », assure Pièr-Marie Le Moigno (©actu Morbihan) Son but est faire de la pâtisserie « au plus grand nombre », lui qui vient des luxueux hôtels parisien. Pièr-Marie a fait ses gammes au lycée hôtelier de Dinard avant de petit à petit grimper les échelons dans différents Relais et Châteaux. Il finit par devenir chef à l’hôtel cinq étoiles Park Hyatt à Paris.  Lire aussi : Gironde. Pâques : un œuf de 30 kg tout en chocolat au château Lafaurie-Peyraguey à Bommes Pièr-Marie a fini par vouloir ouvrir sa propre boutique avec sa compagne à Lorient. Cinq ans après, les voici à Vannes « poussé par ses clients ».  C’était un rêve de venir s’installer ici Faire une belle et bonne boutique Désormais, le chef pâtissier a une autre ambition : que ce rêve se prolonge. Après deux mois et demi de travaux, il voulait que son commerce soit parfait pour une raison précise :  Si c’est beau le client va rentrer. Si c’est bon il reviendra.  "L objectif était d ouvrir avant Pâques. Un rendez-vous incontournable" « L’objectif était d’ouvrir avant Pâques. Un rendez-vous incontournable » (©actu Bretagne) A l’arrière de sa boutique, on y retrouve ce qu’il nomme « son laboratoire ». Un lieu de stockage où il ramène ses créations de Lorient. C’est aussi là qu’il prépare des gâteaux pour des demandes particulières.  On vous laissera le soin de juger avec vos papilles. Mais nos yeux se régalent déjà.  Pâtisserie Pièr-Marie Le Moigno. 9 rue Le Hellec, 56000 Vannes. 02.97.54.18.99
>> Lire la suite

Pâtisserie : un ancien chef pâtissier d'un hôtel cinq étoiles s'installe à Vannes (Thu, 18 Apr 2019)
Beaucoup de monde le mercredi 17 avril pour l'ouverture de la boutique Beaucoup de monde le mercredi 17 avril pour l’ouverture de la boutique (©actu Morbihan) Ce mercredi matin, au cœur du marché de Vannes, la pâtisserie de Pièr-Marie Le Moigno ne désemplissait pas. Une odeur de chocolat attirait les passants. Pourtant de « nature un peu stressé », Pièr-Marie ne perdait pas le sourire :  « J’appréhendais beaucoup cette ouverture. Finalement, je suis très surpris du monde ce matin car nous avons très peu communiqué » « Rendre accessible la pâtisserie des palaces » Une fois dans sa boutique, on aurait envie de tout dévorer. Ses pâtisseries alternent le chocolat, le caramel, les macarons mais aussi des gâteaux au fruit avec différents mélanges de saveurs.  "Tout est fait maison", assure Pièr-Marie Le Moigno « Tout est fait maison », assure Pièr-Marie Le Moigno (©actu Morbihan) Son but est faire de la pâtisserie « au plus grand nombre », lui qui vient des luxueux hôtels parisien. Pièr-Marie a fait ses gammes au lycée hôtelier de Dinard avant de petit à petit grimper les échelons dans différents Relais et Châteaux. Il finit par devenir chef à l’hôtel cinq étoiles Park Hyatt à Paris.  Lire aussi : Gironde. Pâques : un œuf de 30 kg tout en chocolat au château Lafaurie-Peyraguey à Bommes Pièr-Marie a fini par vouloir ouvrir sa propre boutique avec sa compagne à Lorient. Cinq ans après, les voici à Vannes « poussé par ses clients ».  C’était un rêve de venir s’installer ici Faire une belle et bonne boutique Désormais, le chef pâtissier a une autre ambition : que ce rêve se prolonge. Après deux mois et demi de travaux, il voulait que son commerce soit parfait pour une raison précise :  Si c’est beau le client va rentrer. Si c’est bon il reviendra.  "L objectif était d ouvrir avant Pâques. Un rendez-vous incontournable" « L’objectif était d’ouvrir avant Pâques. Un rendez-vous incontournable » (©actu Bretagne) A l’arrière de sa boutique, on y retrouve ce qu’il nomme « son laboratoire ». Un lieu de stockage où il ramène ses créations de Lorient. C’est aussi là qu’il prépare des gâteaux pour des demandes particulières.  On vous laissera le soin de juger avec vos papilles. Mais nos yeux se régalent déjà.  Pâtisserie Pièr-Marie Le Moigno. 9 rue Le Hellec, 56000 Vannes. 02.97.54.18.99
>> Lire la suite

À relire ↪️ Park Hyatt Vendôme: les grévistes crient "victoire" après 87 jours de conflit buff.ly/2PZvuED (Wed, 26 Dec 2018)
aokLXoSl_normal.jpg NVO - La Nouvelle Vie Ouvrière @La_NVO À relire ↪️ Park Hyatt Vendôme: les grévistes crient "victoire" après 87 jours de conflit buff.ly/2PZvuED DvVbR4GW0AEwkMX.jpg:large
>> Lire la suite

Park Hyatt Vendôme: les grévistes crient "victoire" après 87 jours de conflit buff.ly/2PZvuED (Mon, 24 Dec 2018)
aokLXoSl_normal.jpg NVO - La Nouvelle Vie Ouvrière @La_NVO Park Hyatt Vendôme: les grévistes crient "victoire" après 87 jours de conflit buff.ly/2PZvuED DvLbdKWXgAUJyln.jpg:large
>> Lire la suite

Park Hyatt Paris-Vendôme : la « victoire éclatante » des salariés après 87 jours de grève lemde.fr/2BCA9a8 (Sat, 22 Dec 2018)
LTpqSDMM_normal.jpg Le Monde @lemondefr Park Hyatt Paris-Vendôme : la « victoire éclatante » des salariés après 87 jours de grève lemde.fr/2BCA9a8
>> Lire la suite

Park Hyatt Paris-Vendôme : la « victoire éclatante » des salariés après 87 jours de grève (Sat, 22 Dec 2018)
Les employés du palace du 2e arrondissement de Paris et de son sous-traitant de nettoyage ont conclu un accord qui renforce leurs droits et sécurise leurs acquis.
>> Lire la suite

Park Hyatt Paris-Vendôme : la « victoire éclatante » des salariés après 87 jours de grève (Sat, 22 Dec 2018)
Les employés du palace du 2e arrondissement de Paris et de son sous-traitant de nettoyage ont conclu un accord qui renforce leurs droits et sécurise leurs acquis.
>> Lire la suite

Park Hyatt Paris-Vendôme : la « victoire éclatante » des salariés après 87 jours de grève (Sat, 22 Dec 2018)
Les employés du palace du 2e arrondissement de Paris et de son sous-traitant de nettoyage ont conclu un accord qui renforce leurs droits et sécurise leurs acquis.
>> Lire la suite