OUVRIERS ET SALARIES DES INDUSTRIES

Les dernières vidéos vues par Inforamacgt sur les luttes et actions de la CGT

- voir aussi FOCUS SUR ASCOVAL

Industries automobile

Sur la presse régionale

Blanquefort (33) : l'avenir de Getrag Ford Transmissions inquiète la CGT (lun., 18 mars 2019)
blanquefort-33-l-avenir-de-getrag-ford-tSituée à côté de l'usine Ford Aquitaine Industrie, condamnée mais dont l'avenir fait l'objet d'une réunion à Bercy en vue de sa réindustrialisation, c'est désormais l'autre usine de transmissions, Getrag Ford Transmissions (1 221 salariés) qui inquiète le syndicat CGT. . Le syndicat CGT de Getrag Ford... Lire la suite
>> Lire la suite

Blanquefort Ford paiera les 20 millions d'euros demandés par l'Etat (Tue, 05 Mar 2019)
Dès mardi matin, la CGT de cette usine des environs de Bordeaux a annoncé son intention de contester ce plan devant le tribunal administratif.
>> Lire la suite

Blanquefort. La CGT va contester le PSE devant le tribunal administratif (Tue, 05 Mar 2019)
Après le feu vert de l’administration, le Plan de sauvegarde de l’emploi scellant la fermeture de l’usine Ford de Blanquefort est désormais ouvert. Mais, dès ce mardi matin, la CGT a annoncé son...
>> Lire la suite

Blanquefort Bruno Le Maire demande 20 millions d'euros à Ford au titre de la «réindustrialisation» (Mon, 04 Mar 2019)
Philippe Poutou, délégué CGT de Ford-Blanquefort et ancien candidat à l'élection présidentielle, a estimé dimanche que depuis l'annonce du retrait ...
>> Lire la suite

Blanquefort. Le Maire demande 20 M€ à Ford au titre de la réindustrialisation (Mon, 04 Mar 2019)
Bruno Le Maire a annoncé, ce dimanche, avoir demandé 20 M€ à Ford pour « réindustrialiser » le site de l’usine de Blanquefort (Gironde) sur le point de fermer. Une annonce qualifiée par la CGT de...
>> Lire la suite

Blanquefort. Le Maire demande 20 M€ à Ford au titre de la réindustrialisation (Mon, 04 Mar 2019)
Bruno Le Maire a annoncé, ce dimanche, avoir demandé 20 M€ à Ford pour « réindustrialiser » le site de l’usine de Blanquefort (Gironde) sur le point de fermer. Une annonce qualifiée par la CGT de...
>> Lire la suite

Gironde : Benoît Hamon à l'usine Ford de Blanquefort lundi (Fri, 01 Mar 2019)
gironde-benoit-hamon-a-l-usine-ford-de-bLe fondateur de Génération.s viendra à la rencontre des salariés. Il devrait aussi rencontrer Philippe Poutou, le représentant de la CGT. Alors que la décision de la Direccte (directions régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l'Emploi) qui doit valider ou non le Plan de... Lire la suite
>> Lire la suite

Blanquefort «Il y a eu beaucoup de cynisme de l'entreprise Ford que je condamne» a déclaré ... (Fri, 01 Mar 2019)
Le délégué CGT et ancien candidat à la présidentielle (NPA), Philippe Poutou avait réclamé le remboursement des aides de l'État. Impossible ...
>> Lire la suite

Blanquefort Selon Benjamin Griveaux, l'État ne récupérera pas les 15 millions versés à Ford (Tue, 26 Feb 2019)
Philippe Poutou, délégué CGT de Ford Blanquefort et ancien candidat (Nouveau parti anticapitaliste) à la présidentielle, a réclamé le remboursement ...
>> Lire la suite

Blanquefort : Ford a refusé la nouvelle offre de rachat de Punch, annonce la CGT (Thu, 21 Feb 2019)
blanquefort-ford-a-refuse-la-nouvelle-ofBercy, qui n'a pas confirmé l'information, a assuré que Ford devrait "prendre ses responsabilités" en cas de nouveau refus. Le constructeur automobile Ford a refusé la nouvelle offre du strasbourgeois Punch Powerglide pour racheter son usine de Blanquefort menacée de fermeture, a annoncé jeudi la CGT. C'est le délégué... Lire la suite
>> Lire la suite

Blanquefort : Ford a refusé la nouvelle offre de rachat de Punch, annonce la CGT (Thu, 21 Feb 2019)
blanquefort-ford-a-refuse-la-nouvelle-ofBercy, qui n'a pas confirmé l'information, a assuré que Ford devrait "prendre ses responsabilités" en cas de nouveau refus. Le constructeur automobile Ford a refusé la nouvelle offre du strasbourgeois Punch Powerglide pour racheter son usine de Blanquefort menacée de fermeture, a annoncé jeudi la CGT. C'est le délégué... Lire la suite
>> Lire la suite

Cuincy La CGT se mobilise pour les intérimaires de l'usine Renault (Tue, 12 Feb 2019)
Signez la pétition ! Pour les salaires, l'égalité de traitement, pour la prime ! » Philippe Tixier, secrétaire général CGT intérim tourne en boucle.
>> Lire la suite

Châtellerault : 700 manifestants pour défendre les fonderies alu et fonte menacées (Tue, 05 Feb 2019)
loading-search.gif Ce mardi 5 février 2019, 450 salariés des fonderies, rejoints par 250 manifestants du centre-ville mobilisés à l'appel national de la CGT, se sont rassemblés symboliquement devant le centre de formation Renault pour défendre le site d'Ingrandes.
>> Lire la suite

Bordeaux À l'usine de Ford-Blanquefort, du répit pour un projet de rachat (Wed, 30 Jan 2019)
Pour Philippe Poutou, délégué CGT de Ford, la décision de lundi est «une bonne nouvelle. Ça va obliger Ford à revoir sa copie et à étudier plus ...
>> Lire la suite

Lormont : une action commune des gilets jaunes et des salariés de Ford Blanquefort (Sat, 19 Jan 2019)
lormont-une-action-commune-des-gilets-jaIls ont créé la surprise samedi matin en envahissant la concession Ford de Lormont. La distribution de tracts s'est déroulée sans incidents. Une cinquantaine de personnes, des salariés de l'usine Ford de Blanquefort mobilisés à l'appel du syndicat CGT et des gilets jaunes venus du nord de la Gironde, ont envahi la... Lire la suite
>> Lire la suite

Lormont : une action commune des gilets jaunes et des salariés de Ford Blanquefort (Sat, 19 Jan 2019)
lormont-une-action-commune-des-gilets-jaIls ont créé la surprise samedi matin en envahissant la concession Ford de Lormont. La distribution de tracts s'est déroulée sans incidents. Une cinquantaine de personnes, des salariés de l'usine Ford de Blanquefort mobilisés à l'appel du syndicat CGT et des gilets jaunes venus du nord de la Gironde, ont envahi la... Lire la suite
>> Lire la suite

Douvrin La bataille de la CGT PSA Douvrin sur la rémunération des heures du week-end fait tache ... (Sun, 13 Jan 2019)
Depuis quelques années, la CGT de PSA Douvrin est engagée dans un bras de fer judiciaire avec le groupe automobile, avec lequel elle est en ...
>> Lire la suite

Affaire Ghosn : la colère des salariés de Renault (Thu, 27 Dec 2018)
7976988_9dd33eea-0944-11e9-9fb5-3a99d6ce En dépit du Nouvel An qui approche, l’ambiance n’est pas à la fête dans les usines Renault. L’arrestation du grand patron, Carlos Ghosn, au Japon, le 19 novembre dernier, et dont la garde à vue a encore été prolongée au moins jusqu’au 1er janvier, tandis que son bras droit, Greg Kelly, a été libéré sous caution, suscite autant de colère que d’inquiétude chez les salariés. « Nous nous sentons trahis », estime William Audoux, 50 ans, technicien de maintenance au département fonderie et secrétaire CGT à l’usine du Cléon (Seine-Maritime), spécialisée dans la fabrication de moteurs et de boîtes de vitesses. « Cela fait longtemps que nous dénonçons les niveaux de rémunération de nos dirigeants, et pas seulement celle de Monsieur Ghosn. Mais si, en plus, il est prouvé qu’il truandait, la pilule ne passera pas ! » avertit le syndicaliste. Au dire des salariés interrogés, on ne parle que de ça entre les lignes de production, pendant les pauses ou à la cantine. « On nous demande d’afficher notre soutien et notre confiance envers la direction, de faire corps au nom de l’unité du groupe, quelle mascarade… », s’emporte l’un d’entre eux, technicien à Sandouville (Seine-Maritime). L’absence de communication est également pointée du doigt. « C’est le silence radio », s’étonne Fabien Gâche, délégué central CGT. Un profond sentiment d’injustice L'« affaire Ghosn », comme les salariés l’appellent, fait ressortir un profond sentiment d’injustice, une société à deux vitesses. « D’un côté il y a ceux qui se goinfrent, et n’hésitent pas à piquer dans la caisse, observe un salarié de la Sovab (Société de Véhicules Automobiles de Batilly), filiale à 100 % du groupe, implantée dans le bassin industriel de Lorraine. De l’autre, ceux à qui on demande de se serrer la ceinture au nom du maintien de l’emploi. Quitte à ne plus savoir comment terminer les fins de mois malgré des cadences infernales. » Le lien avec le mouvement des Gilets jaunes revient régulièrement dans les conversations. « On nous rebat les oreilles avec une nécessaire modération salariale et une frugalité des conditions de travail, reprend William Audoux. Dans le cadre de plans de compétitivité successifs, on a supprimé 18 jours de RTT aux équipes de nuit depuis 2013. Et jusqu’à 21 jours pour les autres. Pendant que notre grand patron, parmi les mieux payés du CAC 40, affichait un train de vie indécent, achetant vignes, villas ou jets privés, peut-être avec l’argent de la boîte. » Malgré les conditions d’incarcération jugées difficiles, les salariés interrogés en conviennent, l’heure n’est donc pas à l’empathie. « Heureusement qu’il a été arrêté au Japon, juge même, sans concession, un cadre du siège de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). Car en France, il y aurait eu de grandes chances que l’affaire soit étouffée. » Les craintes sur l’avenir persistent Et l’avenir de l’Alliance ? « Les salariés sont dans l’attente, mais ils ne sont pas dupes pour la suite, observe de son côté Christine Taffin, spécialiste Conditions de travail et syndicaliste Sud à l’usine de Cléon. Que ce soit avec ou sans Carlos Ghosn, ça ne changera pas grand-chose pour eux. C’est surtout la montée en puissance de l’électrique qui suscite le plus de craintes. » De l’avis général, ce changement de technologie conduira à de fortes baisses d’effectifs. Et donc des pertes d’emplois. Une inquiétude que confirme Franck Daoût, délégué syndical central CFDT : « Les questionnements actuels portent surtout sur le risque d’un trou d’air pour l’automobile en 2019 », observe-t-il. À la fermeture de la Bourse, le 24 décembre, (NDLR : la Bourse de Paris était fermée ce mercredi), l’action de Renault reculait encore de 1,45 %, à 54,34 euros. Une chose est sûre, les salariés de Renault n’ont pas envie de payer les pots cassés. Et à la suite de l’adoption du texte de loi sur les « mesures d’urgence » économiques et sociales, en fin de semaine dernière, la direction s’est déclarée favorable à l’attribution d’une prime exceptionnelle défiscalisée pour une partie des salariés. « Les modalités seront annoncées en janvier, confie-t-on au siège. » Cela suffira-t-il à éteindre l’incendie ? « Si jamais ce qui est reproché à Carlos Ghosn est vrai, alors les salariés se diront que tout ce qui lui arrive est bien fait pour lui, rapporte Ali Kaya, secrétaire CGT de l’usine de Flins (Yvelines). Il n’est en tout cas pas question de subir les conséquences d’une guerre entre les états-majors de Nissan et Renault, ou entre la France et le Japon. » Let's block ads! (Why?)
>> Lire la suite

Ford Blanquefort (33) : les salariés valident "un accord de principe" en faveur de Punch (Tue, 11 Dec 2018)
ford-blanquefort-33-les-salaries-validenLa consultation organisée par trois syndicats lors d’une AG du personnel fut assez houleuse. Finalement, il n’y a pas eu de vote à main levée, mardi, en début d’après-midi, lors de l’assemblée générale du personnel organisée par les syndicats CGT, FO et CFE-CGC devant l’usine Ford Aquitaine Industries (FAI) de Blanquefort,... Lire la suite
>> Lire la suite

Ford Blanquefort (33) : les salariés valident "un accord de principe" en faveur de Punch (Tue, 11 Dec 2018)
ford-blanquefort-33-les-salaries-validenLa consultation organisée par trois syndicats lors d’une AG du personnel fut assez houleuse. Finalement, il n’y a pas eu de vote à main levée, mardi, en début d’après-midi, lors de l’assemblée générale du personnel organisée par les syndicats CGT, FO et CFE-CGC devant l’usine Ford Aquitaine Industries (FAI) de Blanquefort,... Lire la suite
>> Lire la suite