LE JOURNAL DE LA HAUTE-MARNE : Le syndicalisme

sur le site

Nouveau flux intégré l 12 novembre 2018 . Attention, la date indiquée correspond actuellement à la date d'intégration de ce nouveau flux dans Inforamacgt . Quelques incohérences au niveau des dates  peuvent apparaitre mais ceci sera de nouveau opérationnel pour les prochains articles publiés à partir du 13 novembre . Merci de votre compréhension. 

CGT?: «?La colère est plus que légitime?» (sam., 15 déc. 2018)
L’union locale de la CGT a distribué hier des tracts pour apporter son soutien au mouvement des Gilets jaunes et pour appeler à manifester pour les retraites le 22?décembre à Chaumont.
>> Lire la suite

Trente-deux questions pour s’approprier le territoire (Thu, 13 Dec 2018)
Une soirée un peu exceptionnelle s?est déroulée, mardi 4 décembre, à La Forgerie à Wassy et a été proposée à une trentaine de personnes ayant répondu présent pour participer à un grand quizz composé de 32 questions sur le territoire du Syndicat mixte du Nord-Haute-Marne.
>> Lire la suite

Trente-deux questions pour s?approprier le territoire (Thu, 13 Dec 2018)
Une soirée un peu exceptionnelle s?est déroulée, mardi 4 décembre, à La Forgerie à Wassy et a été proposée à une trentaine de personnes ayant répondu présent pour participer à un grand quizz composé de 32 questions sur le territoire du Syndicat mixte du Nord-Haute-Marne.
>> Lire la suite

Saint-Dizier : les salariés d’Yto reçus par la sous-préfète (Thu, 06 Dec 2018)
L?intersyndicale de l?entreprise Yto à Saint-Dizier a rencontré la sous-préfète Hélène Demolombe-Tobie, hier matin. Le but : partager leurs revendications et incompréhension quant à la suppression de 80 postes annoncée par la direction.
>> Lire la suite

Y aller franco – L’édito de Patrice Chabanet (Thu, 06 Dec 2018)
  La crise sociale qui affecte notre pays ne peut pas se dissiper à demi-mot et avec des demi-mesures. Il faut y aller franco. Plus question d’établir un distinguo subtil entre moratoire et suspension pour les hausses de taxes sur les carburants prévues le 1er janvier. L’Elysée a tranché hier soir : elles sont annulées. Le flou entretenu pendant 48 heures n’a fait que braquer les gilets jaunes qui ont cru y déceler un simple report. De toute façon, l’addition des atermoiements et du silence assourdissant entretenu par le chef de l’Etat a sérieusement diminué la portée de cette annulation. Le mouvement est passé à autre chose avec une liste de revendications et de doléances qui n’en finit pas de s’allonger. Certains y verront le triomphe de l’irrationnel et de la démagogie. Il vaudrait mieux y voir une soupape qui libère les frustrations et le sentiment de relégation de plusieurs millions de Français. La prise de parole sans filtre est assumée comme une forme de prise de pouvoir. Un abcès vieux de plusieurs décennies est en train de percer, sans qu’on puisse en évaluer les conséquences. Les oppositions tentent de surfer sur une contestation soutenue par l’opinion publique, mais les gilets jaunes restent eux aussi droits dans leurs bottes, en maintenant à distance partis politiques et syndicats. C’est d’ailleurs l’une des cartes que joue le chef de l’Etat. Le débat qui remonte à la surface, celui du rétablissement de l’ISF, en très bonne place dans les revendications du mouvement, ne peut que mettre la droite traditionnelle en difficulté. Elle y reste foncièrement opposée. Objectivement, elle se trouve sur la même ligne qu’Emmanuel Macron qui ne veut pas entendre parler de retour de cet impôt. Non seulement, les gilets jaunes se défient de la classe politique, mais ils parviennent à faire revivre le bon vieux clivage droite/gauche. Un autre paradoxe…Les jours à venir en feront apparaître bien d’autres.
>> Lire la suite

Saint-Dizier : les salariés d?Yto reçus par la sous-préfète (Thu, 06 Dec 2018)
L?intersyndicale de l?entreprise Yto à Saint-Dizier a rencontré la sous-préfète Hélène Demolombe-Tobie, hier matin. Le but : partager leurs revendications et incompréhension quant à la suppression de 80 postes annoncée par la direction.
>> Lire la suite

Apport volontaire : le calendrier est fixé (Sat, 01 Dec 2018)
La commission de l\’arrondissement de Langres du Syndicat départemental énergie et déchets (Sded) s\’est réunie, mercredi, à Rolampont. Le calendrierde déploiement de l\’apport volontaire y a été précisé et affiné.
>> Lire la suite

Savoir déléguer – L’édito de Patrice Chabanet (Tue, 27 Nov 2018)
  Ils n’y ont pas échappé : les gilets jaunes se sont désigné huit porte-parole. Ce faisant, ils entrent dans une nouvelle phase de leur mouvement, à savoir l’élaboration d’un embryon d’organisation. En même temps, ils commencent à en mesurer toutes les difficultés, comme les connaissent à leurs débuts tout syndicat, tout parti politique ou toute association. En l’occurrence, une partie de la base conteste déjà le mode de désignation et, donc, la représentativité des porte-parole. Dissensions normales dans un mouvement spontané de masse, profondément égalitaire, qui se méfie comme de la peste de l’avènement d’un appareil de type politique ou syndical. Le fait que la parole ne sera pas portée par une seule personne, mais par huit, est significatif à cet égard. Autre difficulté : hiérarchiser les revendications. Au fil des jours, elles se sont singulièrement multipliées. Cela va de la baisse des taxes à la création d’une assemblée citoyenne, en passant par la baisse du pouvoir d’achat et la suppression du …Sénat. Cela fait penser aux cahiers de doléances de l’Ancien régime. On est loin de la simple question du prix du carburant. La revendication prend une coloration plus politique, un peu à l’instar de ce qui s’est passé en Italie avec le Mouvement 5 étoiles. Un front de plus pour Emmanuel Macron, mais pas une bonne nouvelle non plus pour les partis qui, quoi qu’ils en disent, voulaient récupérer cette contestation populaire. On attend maintenant la réaction du chef de l’Etat qui s’exprimera aujourd’hui sur cette crise. Visiblement, il a (enfin) compris le message. Le plan mobilité présenté hier par la ministre des Transports insiste lourdement sur l’amélioration des infrastructures dans la France périphérique. Il n’y est plus question de péages urbains. Entre la désignation de porte-parole d’un côté et le tout début de la prise en compte de certaines revendications de l’autre, on sent l’amorce d’un dialogue qui ne veut pas encore dire son nom. Publié le 27 novembre 2018
>> Lire la suite

Yto à Saint-Dizier : les salariés se sentent trahis (Mon, 26 Nov 2018)
Une centaine de salariés se sont rassemblés hier devant l’usine Yto de Saint-Dizier. Après une rencontre avec la direction, les syndicats leur ont confirmé la suppression de 80 postes – soit 73 personnnes – sur un effectif de 118. A lire demain, mardi 27 novembre dans Le JHM. Photo Frédéric Thore
>> Lire la suite

Deux pays,une seule directrice (Mon, 26 Nov 2018)
Un nouveau pas a été franchi, jeudi soir, entre le Syndicat mixte
>> Lire la suite

Le Haut-Marnais Yves Veyrier élu secrétaire général de Force ouvrière (Thu, 22 Nov 2018)
Yves Veyrier a été élu ce jeudi matin secrétaire général du syndicat Force ouvrière. Il succède à Pascal Pavageau, qui a démissionné à la suite de la révélation de l’existence d’un fichier interne portant sur les cadres de FO. Agé de 60 ans, Yves Veyrier occupait jusqu’à présent les fonctions de secrétaire confédéral en charge du secteur communication/presse et du secteur Organisation internationale du travail. C’est un Haut-Marnais qui possède une maison à Orges et qui accompagnait régulièrement Jean-Claude Mailly (il est à gauche sur notre photo) lors de ses visites aux militants haut-marnais de FO. A lire dans l’édition de vendredi 23 novembre 2018  du Journal de la Haute-Marne.
>> Lire la suite

Bras de fer – L’édito de Christophe Bonnefoy (Thu, 15 Nov 2018)
Le bras de fer est engagé. A quelques heures d’une action des “gilets jaunes” qui pourrait être de grande ampleur, le gouvernement tente, sinon de tuer le mouvement dans l’œuf, en tout cas de lui faire perdre des combattants en route. A des revendications qui prennent de plus en plus l’allure d’un agglomérat de mécontentements pas seulement liés au prix des carburants, le Premier ministre hier matin, puis Emmanuel Macron à 20 h, ont répondu par quelques mesures… dans la limite de ce qu’ils considèrent comme acceptable. Tout est dit : cela risque de ne pas réussir à calmer la colère. La prime à la conversion devient super. Le chèque énergie, lui, plus généreux. Mais l’une comme l’autre ne résoudront pas ce qui est finalement le point central de la contestation : le pouvoir d’achat. Même une prime de 4 000 euros ne suffira par exemple pas à faire franchir le pas aux plus modestes. Celui du diesel à l’hybride, de l’essence à l’électrique. Ils n’en ont tout simplement pas les moyens, même via ce coup de pouce. Ce samedi de vérité pose une équation à plusieurs inconnues. Mouvement citoyen par excellence, le 17 novembre pourrait bien tourner au vinaigre. En cause, une récupération politique que les partis se gardent bien de revendiquer, tout en jetant de l’huile sur le feu. Voilà qui pourrait sérieusement créer des tensions, au sein même des organisations – ou non-organisations pour le coup – sur le terrain. Personne ne sait, non plus, comment réagiront les automobilistes – ceux qui rouleront – face à ces automobilistes – ceux qui filtreront -, peu aguerris aux opérations de ce type, comme peuvent l’être les syndicats ou certaines corporations très bien organisées. Une seule chose est certaine, et là non plus, ça ne sera pas fait pour calmer les esprits, le ministre de l’Intérieur n’acceptera pas le « bololo ». Qu’on se le dise !
>> Lire la suite

« Une casse sociale avec 200 emplois détruits » (Wed, 14 Nov 2018)
Le contrat de performance pour les centres hospitaliers du sud haut-marnais qui sera signé vendredi suscite la plus grande méfiance du côté des syndicats. Ils regrettent, en premier lieu, que le personnel paie le plus lourd tribut dans ce plan.
>> Lire la suite

Inondations : horizon 2021 pour les travaux (Mon, 12 Nov 2018)
La Syndicat mixte du bassin de la Marne et de ses affluents (SMBMA) et le Grand Langres vont engager une étude, l’an prochain, en vue de prévenir les inondations dans la vallée de La Bonnelle. Vigilant,le collectif constitué après les inondations du printemps note quelques points satisfaisantsmais pointe un calendrier trop long, le début des travaux ne devant pas intervenir avant 2021.
>> Lire la suite

Inondations : horizon 2021 pour les travaux (Mon, 12 Nov 2018)
La Syndicat mixte du bassin de la Marne et de ses affluents (SMBMA) et le Grand Langres vont engager une étude, l’an prochain, en vue de prévenir les inondations dans la vallée de La Bonnelle. Vigilant,le collectif constitué après les inondations du printemps note quelques points satisfaisantsmais pointe un calendrier trop long, le début des travaux ne devant pas intervenir avant 2021.
>> Lire la suite

Montlandon et Celsoy vont sécuriser leur réseau de distribution d’eau (Mon, 12 Nov 2018)
Le syndicat intercommunal de distribution des eaux de Montlandon-Celsoy, dans le Sud haut-marnais, vient d’achever la rénovation de son château d’eau. Le programme de travaux ne s’arrête pas là puisque le prochain projet est d’équiper le réseau d’un dispositif GSM de contrôles intermédiaires.
>> Lire la suite

Force ouvrière opposé au contrat de performance (Mon, 12 Nov 2018)
Réuni hier en compagnie de la direction du centre hospitalier et de la CFDT lors du comité technique d’établissement (CTE), FO a voté contre le contrat de performance proposé pour les établissements de santé du Sud haut-marnais.
>> Lire la suite

«Les assecs aussi préoccupantsque les inondations» (Mon, 12 Nov 2018)
L’équipe du Syndicat mixte du bassin de la Marne et ses affluents (SMBMA) lutte contre les assecs et étiages sévères grâce à des travaux d’aménagement.
>> Lire la suite

Apport volontaire : les anti ne lâchent rien (Mon, 12 Nov 2018)
Le collectif d’opposants à l’apport volontaire a organisé, conjointement avec l’Union locale CGT, une réunion publique et le moins que l’on puisse dire c’est que les ?anti? ne désarment pas.
>> Lire la suite