LE JOURNAL DE LA HAUTE-MARNE : Le syndicalisme

sur le site

Un bâtiment qui déborde d’énergie (lun., 24 juin 2019)
Le bâtiment du Syndicat départemental Energie et Déchet vient de recevoir le prix Envirobat Grand Est. La qualité portée pour maîtriser le coût énergétique a été saluée par les professionnels régionaux. L’article Un bâtiment qui déborde d’énergie est apparu en premier sur Le Journal de la Haute-Marne.
>> Lire la suite

Potion amère – L’édito de Patrice Chabanet (Wed, 19 Jun 2019)
La réforme de l’assurance-chômage tient du remède de cheval. Comment pourrait-il en être autrement avec l’objectif assigné par le gouvernement ? Economiser 3,4 milliards d’euros sur trois ans. Les mesures annoncées hier par le Premier ministre donnent la tonalité du traitement : net durcissement des conditions d’accès aux allocations-chômage, impossibilité de disposer d’une indemnisation supérieure à ses derniers revenus, dégressivité des indemnités les plus élevées, mise en place d’un système bonus-malus pour inciter les entreprises, dans certains secteurs, à ne pas enchaîner les CDD. Le projet gouvernemental a été mal accueilli par les partenaires sociaux, ce que l’on prévoyait. D’une certaine manière, il sanctionne leur absence de consensus, ce qui aurait été l’idéal. Mais, en France, à la différence de l’Allemagne et des pays nordiques, l’Etat doit mettre sa grosse patte pour faire avancer les dossiers les plus délicats. L’hostilité la plus marquée est venue des syndicats, tous unanimes pour condamner le dispositif gouvernemental. Même la CFDT, qui n’a pas la réputation d’alimenter un syndicalisme d’opposition systématique, a rejeté la réforme. Du côté patronal, la critique a été plus feutrée, se concentrant sur le bonus-malus. Cette opposition sans concession, d’un côté, et cette hostilité plus mesurée, de l’autre, fera dire à nouveau que, décidément, l’exécutif penche plutôt à droite. Visiblement, le volontarisme qui s’exprime dans cette réforme procède d’un pari : que cette dernière ne fera pas descendre des centaines de milliers de contestataires dans la rue. Les syndicats ont perdu leur pouvoir de mobilisation, comme on l’a vu avec la réforme de la SNCF et du code du Travail. Quant aux partis politiques d’opposition – mis à part le RN – ils en sont à retrouver leurs esprits après de dures défaites électorales. L’électeur moyen, lui, va regarder les chiffres : le reformatage de l’assurance-chômage devrait permettre de réduire de 150 000 à 250 000 le nombre de demandeurs d’emploi. Là, il ne s’agit plus d’extrapolation mais de la réalité du terrain. Va-t-elle valider cette réforme ? L’article Potion amère – L’édito de Patrice Chabanet est apparu en premier sur Le Journal de la Haute-Marne.
>> Lire la suite

Finances publiques : «?Une réorganisation pour plus de proximité?» (Wed, 19 Jun 2019)
La direction des finances publiques a préféré attendre la réunion avec les élus avant de répondre à la presse. La réunion ayant eu lieu lundi, c’est donc hier qu’Annie Cabrol, directrice départementale des finances publiques de la Haute-Marne, et son directeur adjoint, Jean-Laurent Libes, ont tenu une conférence de presse. Ils souhaitaient expliquer l’organisation du réseau qui va se déployer progressivement jusqu’en 2022. Mardi dernier, ce sont les syndicats FO et Solidaires qui tiraient la sonnette d’alarme (notre édition du 12 juin) et expliquaient leur opposition à cette réorganisation qui va aboutir à la fermeture de toutes les trésoreries en Haute-Marne. Parce que le réseau est ancien, parce que la relation à l’administration a profondément évolué avec le développement des téléprocédures mais parce qu’il subsiste aussi de forts besoins de proximité, les finances publiques veulent une nouvelle organisation. On en saura plus d’ici à l’automne, l’heure est à la concertation avec nos agents, nos cadres, nos organisations syndicales et les élus, explique Annie Cabrol. Alors oui, les trésoreries telles qu’elles existent aujourd’hui vont être supprimées mais nous allons renforcer le service aux élus et le service aux usagers, explique la directrice départementale. L’article Finances publiques : «?Une réorganisation pour plus de proximité?» est apparu en premier sur Le Journal de la Haute-Marne.
>> Lire la suite

Une action de l’intersyndicale des retraités ce jeudi (Tue, 18 Jun 2019)
Ce jour-là, une motion sera remise ou envoyée aux deux députés haut-marnais ainsi qu’à la préfète. Dans cette adresse, les syndicats jugent le rétablissement du pouvoir d’achat de tous les retraités indispensable et urgent. Dénonçant l’augmentation de 25 % de la CSG*, la désindexation des pensions que le gouvernement considère comme une allocation, et l’absence de revalorisation en 2018 malgré une inflation de 1,6 % et seulement 0,3 % en janvier 2019 pour une inflation estimée à 1,4 %, les signataires rappellent également qu’une vague d’augmentations amoindrit le pouvoir d’achat. Et de citer la hausse des prix de l’électricité, du carburant, des produits de première nécessité… L’article Une action de l’intersyndicale des retraités ce jeudi est apparu en premier sur Le Journal de la Haute-Marne.
>> Lire la suite

Eddy Grisval à la tête des retraités FO (Tue, 18 Jun 2019)
Au cours de l’assemblée générale de l’Union des retraités (UDR) Force ouvrière, qui s’est tenue récemment, un hommage a été rendu à Charlie Pesce, président du syndicat depuis sa création en mars 2009. Il a pour successeur Eddy Grisval. Durant les travaux, la problématique du pouvoir d’achat des retraités a été évoquée. Ne revaloriser que les pensions inférieures à 2 000 ? crée une injustice, estime notamment l’UDR… FO n’accepte pas cette ségrégation entre petites et grosses retraites. Les retraites sont calculées en fonction des annuités et des salaires cotisés. C’est un droit, pas une aide sociale ou une libéralité. Ce serait une grave remise en cause du caractère contributif de notre système. Participant à l’action de l’intersyndicale du 20 juin, FO appelle également les retraités à se rassembler le 21 septembre à Paris pour s’opposer au projet de réforme des retraites. L’article Eddy Grisval à la tête des retraités FO est apparu en premier sur Le Journal de la Haute-Marne.
>> Lire la suite

Selon le syndicat FO, « toutes les trésoreries (du département) devraient fermer » d’ici 2020 (Tue, 11 Jun 2019)
L’article Selon le syndicat FO, « toutes les trésoreries (du département) devraient fermer » d’ici 2020 est apparu en premier sur Le Journal de la Haute-Marne.
>> Lire la suite

Eau potable : c’est dans les tuyaux (Tue, 11 Jun 2019)
Une vingtaine de communes qui connaissent des difficultés pour fournir de l’eau potable à leurs habitants ont demandé à adhérer au Syndicat mixte de production d’eau potable (Smipep). Un premier chantier de raccordement va être lancé autour de Villegusien. L’article Eau potable : c’est dans les tuyaux est apparu en premier sur Le Journal de la Haute-Marne.
>> Lire la suite

Eau potable?: c’est dans les tuyaux (Tue, 11 Jun 2019)
Une vingtaine de communes qui connaissent des difficultés pour fournir de l’eau potable à leurs habitants ont demandé à adhérer au Syndicat mixte de production d’eau potable (Smipep). Un premier chantier de raccordement va être lancé autour de Villegusien. L’article Eau potable?: c’est dans les tuyaux est apparu en premier sur Le Journal de la Haute-Marne.
>> Lire la suite

La coupe est pleine à l’Ehpad de La Trincassaye (Sat, 01 Jun 2019)
Déjà mobilisée en début d’année dernière pour dénoncer les conditions de travail au sein de l’établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), Force ouvrière a rédigé, voici quelques jours, un courrier où le syndicat dénonce un manque chronique de personnel. L’article La coupe est pleine à l’Ehpad de La Trincassaye est apparu en premier sur Le Journal de la Haute-Marne.
>> Lire la suite

Apprentissage : deux soirées pour en parler (Tue, 21 May 2019)
L’an dernier, c’est une nuit de l’apprentissage, unique pour le département, qui avait eu lieu au lycée agricole de Choignes. Un nouveau concept est à l’?uvre pour cette année. Les quatre CFA de Haute-Marne (CFA agricole Aube-Haute-Marne, Alméa formations interpro 52, pôle de formation UIMM Champagne-Ardenne et le BTP CFA Haute-Marne) sont de nouveau réunis pour parler d’une seule et même voie d’apprentissage. Notons que cette année, le CFA académique (qui dépend de l’Education nationale) est aussi associé à cette démarche qui a l’appui des trois chambres consulaires (Chambre d’agriculture, Chambre de métiers et Chambre de commerce et d’industrie). Organiser deux soirées plutôt qu’une poursuit l’objectif d’essayer de toucher un maximum de jeunes et de familles dans tout le département. En sachant que sur chaque site, c’est bien l’offre globale départementale qui sera présentée, ?il s’agit de montrer à tous la richesse de l’apprentissage en Haute-Marne?, relève Jean-Louis Mouton, le président de la Chambre de métiers. L’article Apprentissage : deux soirées pour en parler est apparu en premier sur Le Journal de la Haute-Marne.
>> Lire la suite

Divergence de vues – L’édito de Christophe Bonnefoy (Fri, 10 May 2019)
Réformer la Fonction publique. « Moderniser » le statut des fonctionnaires. Tout est dit en deux formules et augurait dès le départ des réactions au sein des professions concernées. Car si les temps changent, si l’Administration doit, elle aussi, évoluer avec son époque, les intentions d’Emmanuel Macron soulèvent un sacré paradoxe. L’heure est aux économies. Dans le même temps, le chef de l’Etat veut une Fonction publique « plus attractive et plus réactive ». Faire mieux avec moins ? C’est ce que dénoncent en partie les agents territoriaux. Et on ne peut qu’abonder dans leur sens. Il suffit de pousser la porte des hôpitaux. Urgences débordées, personnels au bord de la rupture et, en toute logique, service dégradé. Qui plus est, le président de la République appuie là où ça risque de faire très mal. Les fonctionnaires sont attachés à leur statut. Ils accueillent donc très mal l’éventuelle arrivée d’emplois contractuels dans la Fonction publique. Ils voient dans ce bouleversement une remise en cause de leur travail. Mais aussi une volonté de privatiser, en quelque sorte, les services publics. Comment considérer en outre ces emplois autrement que comme des postes précaires ? Tout l’inverse des statuts de titulaires qui font la marque de la Fonction publique. Une autre culture. Sur le fond, les syndicats peuvent tomber d’accord avec le chef de l’Etat : il faut savoir évoluer. Mais la méthode dérange. Emmanuel Macron a en tête la réduction du nombre de fonctionnaires et une souplesse dans les effectifs via les emplois contractuels. Tout le contraire de l’Administration, qui accepterait peut-être plus facilement redéploiements et évolutions… mais sans réduction du nombre de postes. Logique.   L’article Divergence de vues – L’édito de Christophe Bonnefoy est apparu en premier sur Le Journal de la Haute-Marne.
>> Lire la suite

Un cercueil pour symboliser la mort des services publics (Fri, 10 May 2019)
Sale temps pour les services publics ! Au sens propre comme au sens figuré. Il tombait des cordes hier vers midi, à l’heure du rassemblement devant la préfecture des agents du service public mobilisés dans le cadre d’un large appel intersyndical. C’est d’ailleurs la première fois, nous ont-ils dit que tous les syndicats des différentes fonctions publiques faisaient front commun à l’occasion d’une journée de grève. Un cercueil avait été installé devant les grilles de la préfecture à Chaumont, symbolisant la mort des services publics. Comme l’a dit à la fin du rassemblement, Alexandre Bally, co-secrétaire départemental de la FSU, la fonction publique est assassinée sauvagement avant d’inviter les participants à déposer une rose sur le cercueil tandis qu’une marche funèbre était diffusée en fond sonore. C’est Rachel Sugneau (direction des finances pu­bliques, Force ouvrière) qui avait été désignée pour prononcer l’allocution commune à toute l’intersyndicale alors qu’une centaine de personnes, chasubles syndicales sur le dos, s’étaient réunies malgré les mauvaises conditions météo. L’article Un cercueil pour symboliser la mort des services publics est apparu en premier sur Le Journal de la Haute-Marne.
>> Lire la suite

L’Union locale CGTne veut rien lâcher (Tue, 07 May 2019)
L’Union locale CGT de Langres a perdu, en appel, son procès visant à contester sa suppression, L’article L’Union locale CGTne veut rien lâcher est apparu en premier sur Le Journal de la Haute-Marne.
>> Lire la suite

Et la rivière reprend son cours… (Sun, 05 May 2019)
A l’invitation de Nature Haute-Marne, une dizai-ne de personnes se sont retrouvées, samedi 27 avril, sur les rives de la Marne, plus précisément au lieu de l’ancien ouvrage entre Mussey-sur-Marne et Fronville appelé barrage de Mussey, construit au XIXe siècle pour dériver le cours de la Marne et permettre l’installation d’usines utilisant l’énergie produite par les turbines. A cette époque, grâce à ses nombreux cours d’eau, ses richesses en minerais et en bois, la Haute-Marne était un des premiers départements industriels de France. Nature Haute-Marne, une association de protection de l’environnement qui célèbre ses 50 années d’engagement pour la qualité de la nature dans le département, proposait une rencontre avec des spécialistes afin de découvrir tout ce que chacun voulait savoir sur la rivière sans jamais avoir osé le demander. Denis Lalevée, directeur du syndicat mixte du bassin de la Marne et de ses affluents, Axel Martinez, de la direction départementale des Territoires (services de l’Etat), et Christophe Devin, de Nature Haute-Marne, ont détaillé par le menu comment s’organise la gestion des cours d’eau, à quel niveau les décisions sont prises, le positionnement de l’Etat et des Agences de bassin. L’article Et la rivière reprend son cours… est apparu en premier sur Le Journal de la Haute-Marne.
>> Lire la suite

Pour que le monde économique parle d’une seule voix (Fri, 26 Apr 2019)
Un collectif s’est créé pour porter la voix du monde économique de la Meuse et de la Haute-Marne autour du projet Cigéo (centre d’enfouissement des déchets radioactifs). Ses deux porte-parole sont Jean-Paul Hassler, président de la Chambre de commerce et d’industrie Meuse – Haute-Marne, et Antoine Lecomte, son homologue d’Energic 52-55 (lire ci-dessous). S’exprimant également au nom des deux Medef, des deux Confédérations de petites et moyennes entreprises, de la Fédération du bâtiment, ils se sont présentés à la presse mercredi après-midi, à la salle des fêtes de Suzannecourt. L’article Pour que le monde économique parle d’une seule voix est apparu en premier sur Le Journal de la Haute-Marne.
>> Lire la suite

« Recentrer sur l’humain c’est l’urgence absolue » (Sat, 20 Apr 2019)
Une capitaine en poste à Montpellier et un agent affecté à Paris. Jeudi, deux fonctionnaires du ministère de l’Intérieur se sont donné la mort. Les 27e et 28e policiers à avoir mis fin à leurs jours depuis le début de l’année. Un chiffre effrayant pour une période de trois mois et demi. En 2018, il y a eu 35 suicides dans la police nationale, 964 depuis 20 ans, rappelle Michel Corriaux, secrétaire régional adjoint d’Alliance Police nationale. Si le fonctionnaire alsacien était hier à Chaumont, aux côtés de Cédric Maizières, secrétaire départemental du syndicat, c’est pour tirer la sonnette d’alarme devant cette série tragiquement historique. L’article « Recentrer sur l’humain c’est l’urgence absolue » est apparu en premier sur Le Journal de la Haute-Marne.
>> Lire la suite

«Les entreprises font face à une pénurie de réponses à leurs annonces» (Mon, 15 Apr 2019)
Laurent Lépine et André Robert-Dehault, respectivement directeur et présidentdu Medef Haute-Marne sont unanimes?: le secteur de Saint-Dizier manquede candidats qualifiés pour les postes proposés. L’article «Les entreprises font face à une pénurie de réponses à leurs annonces» est apparu en premier sur Le Journal de la Haute-Marne.
>> Lire la suite

«?Les entreprises font face à une pénurie de réponses à leurs annonces?» (Mon, 15 Apr 2019)
Laurent Lépine et André Robert-Dehault, respectivement directeur et présidentdu Medef Haute-Marne sont unanimes?: le secteur de Saint-Dizier manquede candidats qualifiés pour les postes proposés. L’article «?Les entreprises font face à une pénurie de réponses à leurs annonces?» est apparu en premier sur Le Journal de la Haute-Marne.
>> Lire la suite

Le tri, il en fait son affaire! (Sat, 13 Apr 2019)
Sylvain Andréoli a été recruté par le Syndicat Départemental d’Énergie et des Déchets 52 (SDED) pour endosser le rôle d’ambassadeur de tri sur le secteur de l’Agglo de Chaumont. Ses missions sont multiples pour contribuer à ce que les consignes soient bien appliquées. L’article Le tri, il en fait son affaire! est apparu en premier sur Le Journal de la Haute-Marne.
>> Lire la suite

Bouilleurs de cru : un rendez-vous important en Haute-Marne en 2020 (Fri, 12 Apr 2019)
Dimanche 7 avril, la Fédération haut-marnaise des syndicats de bouilleurs de cru et récoltants familiaux de fruits était présente au Congrès national des bouilleurs ambulants et des bouilleurs de cru à Fresnes-en-Woëvre dans la Meuse. Grâce à la Fédération départementale des bouilleurs de cru de Haute-Marne, plus de 80 adhérents se sont déplacés gratuitement en bus et ont participé aux débats en présence de Guy Richard, président de la Fédération nationale et des élus du département. L’article Bouilleurs de cru : un rendez-vous important en Haute-Marne en 2020 est apparu en premier sur Le Journal de la Haute-Marne.
>> Lire la suite