Ce qui se dit, s'écrit sur la CGT

- dans la presse nationale : les 10 derniers articles

La CGT face à l’équation complexe d’une mobilisation inédite des « gilets jaunes » (ven., 14 déc. 2018)
D’abord désarçonnée par le mouvement hétéroclite né il y a plus d’un mois, la confédération appelle à une journée de grève, vendredi 14 décembre.
>> Lire la suite

Éditorial. Fondé de pouvoir (Thu, 13 Dec 2018)
Les quelques invitations lancées aux gilets jaunes, mais aussi de fait à la CGT, à ne pas manifester ou à « être raisonnables », selon les termes du porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, sont méprisables et relèvent d’un cynisme au petit pied. On peut remarquer que la droite, qui a changé son fusil d’épaule, n’est pas en reste. Laurent Wauquiez revient à ses fondamentaux sur les questions identitaires et sécuritaires dans une course à l’échalote avec le Rassemblement national.
>> Lire la suite

La CGT appelle à une «grande journée d'action» ce vendredi (Thu, 13 Dec 2018)
Le syndicat appelle à la grève pour réclamer notamment une hausse des salaires, du Smic, des pensions et des minima sociaux. Dans les transports, la CGT se mobilise aussi à la SNCF et à la RATP.
>> Lire la suite

La CGT se mobilise contre la fermeture des centrales à charbon en France (Thu, 13 Dec 2018)
Plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés jeudi à Paris pour demander au gouvernement un moratoire sur la décision de fermer les quatre dernières centrales d’ici à 2022.
>> Lire la suite

La CGT face à l’équation complexe d’une mobilisation inédite des « gilets jaunes » (Thu, 13 Dec 2018)
D’abord désarçonnée par le mouvement hétéroclite né il y a plus d’un mois, la confédération appelle à une journée de grève, vendredi 14 décembre.
>> Lire la suite

Gilets jaunes : «La CGT ne peut pas détourner le regard de cette colère sociale» (Thu, 13 Dec 2018)
A la veille d'une manifestation prévue ce vendredi par la CGT, des militants de la centrale appellent leur organisation à rejoindre le mouvement des gilets jaunes. Quelques figures du syndicat ont déjà signé la pétition, dont Xavier Mathieu, Thierry Defresne, Reynald Kubecki et Ghislaine Tormos.
>> Lire la suite

Où reste-t-il des centrales à charbon en France ? (Thu, 13 Dec 2018)
CARTE La conférence climat COP24 se poursuit en Pologne et tente péniblement de faire baisser les émissions de CO2 dans le monde. En France, jeudi 13 décembre, la CGT Énergie appelle, de son côté, à un rassemblement contre la fermeture des centrales charbon. Que représente encore le charbon dans l’électricité nationale ?
>> Lire la suite

Guillaume Trousset La conquête du territoire (Wed, 12 Dec 2018)
Analyse. spécialiste de l’histoire de la CGT à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, cherche à décrypter la prise de pouvoir du mouvement des gilets jaunes dans les espaces, des ronds-points jusqu’à l’avenue des Champs-Élysées.
>> Lire la suite

Les élections dans la fonction publique confirment l’érosion de la CGT (Wed, 12 Dec 2018)
Lors d’un scrutin où moins d’un agent sur deux de la fonction publique a voté, le syndicat de Philippe Martinez conserve sa première place sectorielle, mais recule. La CFDT revendique désormais d’être en tête, secteurs privé et public confondus.
>> Lire la suite

L'annulation de la hausse de la CSG pour les retraités n'est-t-elle prévue que pour l'année 2019 comme l'a dit Philippe Martinez? (Wed, 12 Dec 2018)
Le secrétaire général de la CGT a parlé dans une interview d'une mesure concernant seulement une année. Matignon assure au contraire que la mesure est bien pérenne.
>> Lire la suite

- dans la presse régionale : les 10 derniers articles

Grève à la RATP ce vendredi : 4 trains sur 5 sur le RER B (Fri, 14 Dec 2018)
7967679_e08b1ffc-fed4-11e8-b338-759f7363 Le mouvement de grève national à l’appel de la CGT, ce vendredi 14 décembre, aura des répercussions sur le RER B en en Ile-de-France. La SNCF et la RATP, qui coexploitent la ligne, annoncent 4 trains sur 5 à l’heure de pointe et 3 trains sur 4 en circulation aux heures creuses. Le détail des horaires pour chaque gare est accessible sur le blog du RER B. Les applications qui calculent vos itinéraires devraient aussi tenir compte de ce mouvement. En revanche, sur le reste du réseau RATP et SNCF (métros, trams, RER, Transilien), le trafic est annoncé comme normal. Référence aux Gilets jaunes La CGT de la RATP avait annoncé la semaine dernière qu’elle avait déposé un préavis de grève couvrant « l’ensemble des services et des catégories professionnelles de l’entreprise » de jeudi à 22 heures jusqu’à samedi à 7 heures. Deuxième syndicat de la régie, la CGT-RATP avait alors « réaffirmé son opposition à la politique salariale menée par l’entreprise », estimant que la rémunération des agents « ne suit plus l’évolution du coût de la vie ». UNE JOURNEE DÉCIDÉE LE 3 DÉCEMBRE ET MAINTENUE Ce mouvement s’inscrit dans la « grande journée d’action » organisée vendredi par la CGT pour protester contre « l’absence de réponses concrètes et immédiates du gouvernement et du patronat, leur refus d’ouvrir de véritables négociations », qui « génèrent une légitime colère dans la population ». Une référence au mouvement des Gilets jaunes, dont le syndicat dit partager « la colère ». Si cette journée a été décidée le 3 décembre, la CGT estime « qu'il y a des raisons supplémentaires de se mobiliser le 14 décembre « après »l'exercice d'enfumage » d'Emmanuel Macron qui a « maintenu le cap libéral et l'austérité ». La CGT, qui a perdu symboliquement le titre de premier syndicat - tous secteurs confondus - au profit de la CFDT après les élections dans la fonction publique, a décidé en solo de cette journée interprofessionnelle. Mais d'autres organisations comme la FSU, premier syndicat dans l'Education nationale, et Solidaires se sont jointes au mouvement. Des unions départementales de FO seront également présentes dans les cortèges, celui à Paris devant partir à 12H30 de la place de la République. Let's block ads! (Why?)
>> Lire la suite

Les fonctionnaires, grands oubliés de la prime exceptionnelle (Fri, 14 Dec 2018)
7968198_0efd6594-ff1a-11e8-b738-5d1ff3d8 La coupe était déjà pleine mais là, elle pourrait carrément déborder. Ce jeudi, les principaux syndicats avaient rendez-vous au ministère du Travail avec Muriel Pénicaud et Bruno Le Maire, respectivement ministres du Travail et de l’Economie. A l’ordre du jour : la prime exceptionnelle désocialisée (exonérée de cotisation sociales) et défiscalisée qu’Emmanuel Macron a encouragé les entreprises à verser à leurs salariés pour leur octroyer davantage de pouvoir d’achat. Après deux heures de réunion, le verdict tombe : « Ça n’a pas été conclusif », confie un haut fonctionnaire. Certes depuis lundi, plusieurs grands groupes - Orange, Publicis, Altice, Iliad… - ont déjà annoncé qu’ils répondraient à l’appel d’Emmanuel Macron mais l’immense majorité des entreprises reste encore à convaincre. Plus grave encore, cette mesure soulève un immense angle mort : le secteur public. « On regarde ce qui peut être fait » Car le hic pour bien des agents du service public, c’est qu’Emmanuel Macron invite à faire ce qu’il dit… mais pas ce qu’il fait ! En clair, l’État ne compte pas être bon élève dans les entreprises publiques où il est aux manettes. Pour l’instant, à la SNCF, chez EDF ou encore à La Poste, c’est le même refrain officiel qui est fredonné : « On regarde ce qui peut être fait. » « Il serait temps qu’ils sortent de leur silence, s’agace Sébastien Menesplier, secrétaire général de la CGT mines-énergie. Nous ce qu’on veut, ce n’est pas une prime mais de vraies augmentations de salaires. D’année en année, les hausses ne suivent pas l’inflation, et les salariés des entreprises publiques perdent du pouvoir d’achat. » A la SNCF, certains syndicats ont pris les devants. Dans des courriers que nous avons pu consulter, la CFDT cheminots a écrit à Guillaume Pepy, patron de la compagnie, tandis que l’Unsa s’est adressé au DRH, Benjamin Raigneau, pour exiger, entre autres, le versement de cette prime exceptionnelle. « D’un montant minimal de 1000 € pour l’ensemble du Groupe public ferroviaire », écrit ainsi la CFDT. Loin des hypothèses étudiées par la SNCF. Car selon nos informations, l’entreprise publique réfléchit à une prime uniquement pour les bas et moyens salaires. « C’est d’autant plus inacceptable que cette prime est basse », confie une source. Quant aux agents de la fonction publique : « Il n’y a pas eu de discussions particulières sur ce sujet, déplorait ce jeudi la CFDT. De notre côté, nous avons expressément demandé qu’une telle prime soit mise en place pour les agents et fonctionnaires. » Hors de question pour les syndicats de la fonction publique d’être les dindons de la farce. Variable d’ajustement Mais ont-ils le choix ? « Les annonces du chef de l’Etat laissent de côté les agents de la fonction publique, soit plus de cinq millions de personnes, s’indigne Baptiste Talbot, secrétaire général de la Fédération CGT des services publics, absent ce jeudi de la réunion. Cela confirme le fait que les fonctionnaires sont les grands sacrifiés de ce gouvernement. » En effet, depuis le début du quinquennat, le fameux « point d’indice » - qui sert de base au calcul de leur traitement - n’a pas été revalorisé. Beaucoup d’agents ont aussi en travers de la gorge la hausse de la CSG, qui a été neutralisée, mais n’a pas donné lieu à une augmentation de rémunération comme celle dont ont bénéficié les salariés du privé. Mais à vrai dire, il y a encore pire… Non seulement les fonctionnaires ne devraient pas avoir de prime, mais ils redoutent aussi d’être la variable d’ajustement de la générosité présidentielle du début de semaine. « Avec 10 Mds€ à trouver pour financer ces annonces, soupire Baptiste Talbot, nous sommes une cible toute trouvée. Nous craignons des suppressions de moyens, de postes ou un gel ad vitam aeternam du point d’indice. » Même inquiétude chez Solidaires : « La fonction publique risque d’en payer le prix fort, s’insurge Gaëlle Martinez, déléguée générale Fonction publique. « Alors qu’il lui revient de veiller au maintien de la cohésion sociale et à la réduction des inégalités… Un comble ! » Let's block ads! (Why?)
>> Lire la suite

Blanquefort Bruno Le Maire accuse Ford de « trahison » après la fermeture de son usine (Fri, 14 Dec 2018)
Les salariés, les syndicats et [le délégué CGT et candidat à la présidentielle] Philippe Poutou ont été à la hauteur de leurs responsabilités, là où Ford ...
>> Lire la suite

Cambrai FO et CGT appellent au rassemblement ce vendredi pour évoquer le pouvoir d'achat (Fri, 14 Dec 2018)
Syndiqués ou non peuvent s'y joindre, FO comme la CGT se positionnent ici sur des revendications salariales. « On ne fait pas de politique, on ne va ...
>> Lire la suite

Lille Élèves et universitaires manifestent contre les suppressions de postes à la fac (Fri, 14 Dec 2018)
Les syndicats CGT et FSU – SNESUP jugent que ce budget aboutirait à la perte d'au moins « une cinquantaine de postes » d'enseignants, ...
>> Lire la suite

Ford, accusé de "trahison" par Le Maire, écarte l'offre de reprise (Fri, 14 Dec 2018)
Pour Philippe Poutou, délégué CGT, "tout le monde était inquiet, y compris d'ailleurs les services de l'Etat, donc on n'avait pas un espoir énorme, mais ...
>> Lire la suite

Valenciennes Manifestation de la CGT, ce vendredi matin (Fri, 14 Dec 2018)
Le mot d'ordre est national, venant de la CGT. Il porte « sur la vie chère, les retraites, les revendications sociales que la CGT porte depuis des années ...
>> Lire la suite

Métropole lilloise La CGT MEL tire à boulets rouges sur la « méthode » Castelain (Fri, 14 Dec 2018)
Les mots ne sont pas durs. Ils sont pires. « Machine à broyer », « management par la terreur », « mépris ». Les mots du secrétaire général de la CGT à ...
>> Lire la suite

Social : un vendredi sous tension en Charente (Thu, 13 Dec 2018)
social-un-vendredi-sous-tension-en-chareCGT, Sud, mais aussi FNSEA et Jeunes agriculteurs donnent rendez-vous sur le terrain, ce vendredi. Revendications et modes d’actions sont divers, mais débouchent sur une même certitude : la veille du week-end promet d’être agitée. Réunis au sein d’une intersyndicale de l’Éducation nationale, Solidaires16 et Sud Éducation... Lire la suite
>> Lire la suite

Social : un vendredi sous tension en Charente (Thu, 13 Dec 2018)
social-un-vendredi-sous-tension-en-chareCGT, Sud, mais aussi FNSEA et Jeunes agriculteurs donnent rendez-vous sur le terrain, ce vendredi. Revendications et modes d’actions sont divers, mais débouchent sur une même certitude : la veille du week-end promet d’être agitée. Réunis au sein d’une intersyndicale de l’Éducation nationale, Solidaires16 et Sud Éducation... Lire la suite
>> Lire la suite